Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Les Nick Fylla, Bonaventure Boundzika et le pasteur Ntumi gardent leur position

Publié par Arsène SEVERIN sur 8 Janvier 2015, 17:22pm

Catégories : #Politique

Les ledears Boundzika, Fylla et Walembaud
Les ledears Boundzika, Fylla et Walembaud

L'opposition des partis républicains, incarnée principalement par le Parti républicain libéral (PRL) de Nicephore Fylla de Saint-Eudes, le Conseil des démocrates républicains (CDR) de Bonaventure Boundzika et le Conseil national des républicains (CNR) du Pasteur Ntumi, a dit réserver pour l'heure sa position sur le changement ou non de la constitution du 20 janvier 2002. Au cours d'une conférence de presse animée à Brazzaville, ces trois partis ont déclaré se prononcer sur cette question au cours du dialogue national dont ils appellent de tous les voeux la convocation par le président Denis Sassou N'Guesso.

"Qui a demandé aux Congolais ou aux partis politiques de se prononcer sur la constitution? En droit, il y a le principe de constitutionnel originel et du constitutionnel dérivé. Tant que le président de la république ne pose pas lui-même en de termes clairs la question, nous n'y répondrons pas", a expliqué Bonaventure Boundzika, président du CDR.

Et tout le long de leur conférence de presse qui a duré plus de deux heures (!), les trois leaders de l'opposition, Chris Antoine Walembaud représentant le pasteur Ntumi, ne se sont donc pas prononcé, comme les autres partis à l'instar du Parti congolais du travail (PCT) ou de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS). Ils optent plutôt pour un dialogue au cours duquel tous les points seront examinés, notamment celui relatif à la constitution. "C'est à ce moment que nous dirons ce que nous avons à dire. Si les débats ne nous convainquent, nous prendrons nos responsabilités, nous quitterons la salle. Ils ne nous forcerons rien, et c'est la position du pasteur Ntumi qui nous envoie ici", a déclaré pour sa part Chris Waleambaud.

"Nous n'avons pas pris position pour oui ou pour non. Il nous faut d'abord débattre de tout cela dans un dialogue national sans exclusive. Et s'il le faut nous allons aborder les points saillants touchant aux articles verrouillés de la constitution du 20 janvier", a ajouté Nick Fylla qui a longtemps insisté pendant son discours sur la réforme des instituons qui devrait être l'une des questions de ce dialogue.

Les trois leaders ont aussi évoqué des préoccupations diverses, notamment la gouvernance électorale avec la mise en oeuvre des conclusions du dialogue de Dolisie qui recommande un recensement biométrique et un nouveau découpage. En plus la question de la "gouvernance politique". "La Convention des partis républicains estime, pour sa part, que la recherche du consensus politique autour des problématiques énumérées, en guise de réponses à leur apporter, constitue les éléments de soutenabilité de ladite rencontre politique nationale sans exclusive", affirment-ils dans leur déclaration.

Commenter cet article

Taty 08/01/2015 22:56

Ils se pronocerons quand,.ces fourbes frileux?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents