Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Le Centre de documentation pour les médias de Brazzaville déguerpi et le siège aussitôt détruit !

Publié par Arsène SEVERIN sur 6 Février 2015, 14:01pm

Catégories : #Culture

Le CDM devenu un tas de ruines depuis le 6 février
Le CDM devenu un tas de ruines depuis le 6 février

L'Etat donne, l'Etat reprend. Ici "la puissance publique" (expression de Pierre Mabiala, ministre de la Réforme foncière) accompagnée d'un huissier de justice a déguerpi jeudi tout le personnel du Centre de documentation pour les médias, non loin de l'ancien Radio Congo. Vendredi, un engin est venu achever en moins d'une heure le boulot, laissant derrière lui un tas de ruines à la place de l'architecture coloniale. Avec cette spoliation, l'Etat vient de perdre le dernier carré de terre qui lui restait à cet endroit...

Le directeur du CDM, Sylvère Sandi Ibambo et son personnel ont été défenestrés de leur siège d'administration. Des meubles et autres documents (bien que le centre soit sous-équipé) ont été jetés dehors par les gendarmes qui accompagnaient l'huissier de justice sur les lieux. Jusqu'au moment où nous postons cette information, les "Biloko" du centre sont toujours devant l'ex-siège, désormais détruit, au bord du goudron, sur l'avenue de la cathédrale Sacré Coeur de Brazzaville.

Sandi Ibambo a assisté au déguerpissement des lieux. Il a même échangé avec l'huissier de justice qui lui exhibait les documents juridiques montrant que cette direction centrale du ministère de la Communication n'avait qu'à se faire voir ailleurs. Pas là où elle a été créée et passé toute sa petite vie. L'Etat n'en est plus propriétaire depuis. Une dame serait la nouvelle acquéreure des lieux. Un terrain laissé par le colon français à l'époque de Radio Brazzaville!

Comme on le voit, après le départ de Radio Congo vers le site de Nkombo Matari à Mfilou dans le septième arrondissement de Brazzaville, le vaste terrain de l'Etat ou du ministère de la communication a été morcelé, vendu ou redistribué à tout vent. L'ancien siège de la radio est d'ailleurs devenu une caserne militaire, alors que tout autour ont poussé à la vitesse d'éclair des villas, propriétés des dignitaires congolais.

On sait que le siège de l'Agence congolaise d'information (ACI) a été bradée à une organisation humanitaire. Et malgré l'engueulade et la boude des "agenciers", leur départ est imminent. L'ONG prendra et l'ACI et l'ancien cinéma Vog en face de la Délégation générale aux grands travaux. Les journalistes pourront faire leur numéro ailleurs, dira-t-on! On sait aussi que depuis quelque temps le voisinage de l'ancien siège de la télévision nationale est fortement squatté par les dignitaires hyper riches de la république. Quelques maisons sont déjà tombées dans leur escarcelle. Des terrains rachetés et des villas réhabilitées. Et la conquête des biens se poursuit!

L'huissier s'expliquant avec Sandi Ibambo en présence des gendarmes

L'huissier s'expliquant avec Sandi Ibambo en présence des gendarmes

Meubles et autres affaires jetés dans la rue à la merci des passants

Meubles et autres affaires jetés dans la rue à la merci des passants

Des pauvres vendeuses réquisitionnées par les gendarmes pour vider le CDM

Des pauvres vendeuses réquisitionnées par les gendarmes pour vider le CDM

Commenter cet article

Boniface 06/02/2015 23:22

C'est un délire le Congo. Mais que disent les journalistes eux-mêmes? Il faut.dénoncer ça, c'est la honte

Vicky 06/02/2015 17:09

Franchement où va le pays? C'est quand à ciel ouvert qu'on dépèce le pays comme ça. Et avant qu'on arrive à l'émergence il nous reste quoi? Merci beaucoup pour cette information diffusée dans l'heure. Mais il faut aussi nous dire qui avait vendu cette portion de terrain de radio Congo. Comment cette dame est devenue propriétaire sur le domaine de l'Etat?

Russel 06/02/2015 16:23

Bien écrit, mais pourquoi n'avoir pas nommé ce dirigeant, dont la forteresse jouxte ce qui reste du centre de documentation. Du Courage et toujours du courage, cher confrère et grand-frère. Ton Russel

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents