Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Le conseil des ministres n'a rien dit sur les prochaines élections

Publié par Arsène SEVERIN sur 26 Mai 2017, 16:12pm

Les membres du gouvernement réunis le 24 mai à Brazzaville autour du président de la République Denis Sassou N’Guesso, n’ont rien dit sur les prochaines élections législatives, locales et sénatoriales prévues cette année dans le pays. Après la convocation du corps électoral pour le premier tour des législatives fixé au 16 juillet le gouvernement devrait rassurer les électeurs qui doutent encore de la tenue ou non de ces scrutins en cascade.

La réunion a duré en tout et pour tout deux heures, de 10 heures à midi, selon le porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla. Elle a abordé de gros dossiers économiques, notamment ceux portant sur les mines. Des contrats de recherche ont été délivrés à des sociétés qui en avaient fait la demande. Le projet de création d’une dizaine de tribunaux d’instance a également été adopté par les ministres alors que trois organes ont été créés au ministère de l’Aménagement du territoire.

La moisson a été très abondante à l’issue de cette réunion qui a duré peu de temps. De l’économie en effet dépend le développement du Congo. Le gouvernement continue de donner une direction dans la diversification de l’économie, bien que celle-ci soit encore tournée vers l’industrie minière et extractive.

Mais pourtant rien n’a été dit au sujet des élections à venir. Même pas un i. Les législatives passent en premier dès le 16 juillet. La révision des listes électorales est en cours dans les circonscriptions électorales du pays. Dans les états-majors politiques, les candidats à ces consultations sont entrain d’être désignés.

Depuis quelques jours, des voix s’élèvent dans le pays, demandant le report de ces élections, afin d’ouvrir un dialogue au sujet du Pool où des élections ne pourraient pas avoir lieu à cause d’une situation de conflit armé entre Forces armées congolaises et miliciens ninjas du pasteur Ntumi. La tension militaire a fait fuire les populations, les potentiels électeurs.

La société civile et certains partis de l’opposition font sans repris des déclarations à ce sujet. Ils font état d’une grave crise militaire et humanitaire marquée par des déplacements massifs des populations, donc des électeurs. Dans ces conditions, disent-ils, il est difficile de voter. L'OCDH et le mouvement citoyen le Ras-le-bol ont même appelé les autorités à organiser "immédiatement et sans prétexte" un dialogue avec tous les acteurs. Pas de crise, pas de dialogue.

Le ministère de l’Intérieur qui dispose de toute la mesure de cette situation pour donner un avis sur la tenue ou pas des élections dans cette parties du pays n’a encore rien dit. Le conseil des ministres qui s’est réuni le 24 mai à Brazzaville a également passé sous silence la question. Ce qui renforce l’incertitude au sein de la population, notamment celle du Pool. Les déplacés eux savent qu’ils ne voteront pas dans les lieux où ils se trouvent actuellement. Les candidats pressentis dans ces zones où se déroulent les opérations militaires sont également perplexes.

Il n’y a pas que les élections dans le Pool, la situation des civils sans informations dans ce département peut également faire l’objet d’une communication intéressante. Trop de rumeurs circulent à ce sujet dans Brazzaville. Tous les aveugles disent avoir vu les ninjas à quelques kilomètres de la capitale (Goma Tsé Tsé), pendant que sur la ville les coups de feu sont perçus comme derrière la maison, notamment dans les quartiers de Mayanga ou Ngampoko. Mais parfois rien de tout ça.

Mieux vaut ne pas trop communiquer sur la situation nebuleuse du Pool pourrait paraître la stratégie du gouvernement. A moins de deux moins de la tenue du premier tour des élections législatives, le gouvernement estime tenir toutes les cartes pour communiquer sur le Pool. La conclusion l’opération de révision des listes électorales sera certainement l’occasion de savoir si on n’ira ou pas dans les circonscriptions du Pool.

En 2002 déjà, à cause de la guerre, le gouvernement n’a pas été en mesure d’organiser les élections dans plusieurs circonscriptions électorales du Pool.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents