Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Le Gabonais Michaël Adandé quitte la BDEAC dans le chaos

Publié par Arsène SEVERIN sur 19 Mai 2015, 21:02pm

Catégories : #Economie

Le président Michael Adandé
Le président Michael Adandé

Michael Adandé, le président gabonais de la Banque de Développement de l’Afrique Centrale (BDEAC), termine son mandat sur plusieurs échecs avec une chasse aux sorcières en toile de fond. En 2014, des irrégularités ayant entaché le processus de l’emprunt obligataire de 35 milliards de FCFA ont conduit la Commission de Surveillance du Marché Financier de l’Afrique Centrale (COSUMAF) à annuler l’opération.

On apprendra plus tard que les insuffisances de cette opération sont la conséquence du choix d’une société de bourse inapte à satisfaire les exigences de l’autorité de régulation en matière de levée de fonds. Sur cette opération, le président de la BDEAC avait alors fait fi de l’avis des services concernés.

L’emprunt obligataire de 75 milliards de FCFA annoncé par la BDEAC en 2015 ne s’est pas réalisé pour deux raisons principales ; d’une part, aucune mesure corrective pour relancer le précédent emprunt de 35 milliards n’a été prise et d’autre part, son mandat étant terminé, le gabonais Michael Adandé ne pouvait plus engager l’institution pour de tels montants. On se souvient que les autorités de la CEMAC se sont opposées à son initiative d’engager les travaux de rénovation du siège de la BDEAC pour un montant de plus de 10 milliards de FCFA.

Cette succession d’échecs enregistrée à la fin de son mandat est la conséquence du fait que Michael Adandé refuse de suivre les avis des services techniques pour n’opérer ses choix qu’en comptant sur ses appuis politiques. De sources proches du marché financier, l’emprunt obligataire de 35 milliards de FCFA aurait pu être relancée si le Président sortant de la BDEAC avait suivi les recommandations de la Direction Financière pour rectifier le tir. A la place, il procède à des affectations et mutations du personnel aux allures de règlement de compte des empêcheurs de tourner en rond.

Ceux qui connaissent comment fonctionne la BDEAC le comprendront aisément à la lecture de la décision n°167/P/15 portant affectations et mutations au sein de la banque. Cette décision est signée le 04 Mai 2015, soit deux jours avant la Conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC qui devait nommer son remplaçant. Le nouveau Président de la BDEAC est le tchadien Abbas Mahamat Tolli, précédemment Secrétaire Général de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC) et Ministre des Finances du Tchad. Les partenaires de la BDEAC espèrent que le nouveau président saura remobiliser les équipes pour réussir là où son prédécesseur a échoué.

Commenter cet article

JUSTICE 23/06/2015 22:08

L'article ci-dessous vient DEMENTIR vos allégations infondées et prouve votre intention de nuire à l'image de Monsieur Michaël Adandé, DANS QUEL BUT ? Vous seul le savez, mais déjà que votre propre conscience vous JUGE. C'est tout simplement minable
BDEAC : la ligne de refinancement en hausse de 50 milliards en 2014

Cette bonne santé économique retrouvée, qui a permis l’augmentation graduelle de la ligne de refinancement de 10 à 50 milliards FCFA, en octobre 2014, permettra à la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bedac), de faire face avec plus de certitude, aux grands défis de développement au sein des pays de la sous-région d’Afrique centrale.

CEMAC-Apr15-Bank
Réunis le 19 juin, à l’occasion du premier conseil d’administration, au titre de l’exercice 2015, tenu sous la houlette du président d’administration de cette institution bancaire sous-régionale, Michaël Adandé, déjà en fin de mandat, les administrateurs ont noté avec satisfaction, une amélioration progressive de la situation économique de la banque.

Cet équilibre économique est retrouvé grâce à la mise en œuvre, à partir de 2010, d’un vaste programme de réformes.

Sur le plan financier, la situation de la banque s’est nettement améliorée grâce, entre autres, à l’organisation, en 2010, du premier emprunt obligataire avec appel à l’épargne publique ; à l’Etat siège en 2011 d’un montant de 150 milliards FCFA, dont 50 milliards ont été tirés de l’emprunt en 2013, auprès de la Banque de développement de Chine.

Au plan administratif et institutionnel, la mise en œuvre dudit programme a permis aussi l’ouverture d’une représentation de la Banque au sein de chaque Etat membre de la zone CEMAC; le renforcement de la gouvernance par la mise en place et la réorganisation d’une fonction du contrôle interne disposant d’un référentiel, d’une cartographie des risques et d’un outil informatique de mise à jour et de suivi.

Ces efforts se sont poursuivis avec l’adoption d’un système de gestion des risques inspiré des normes de Bâle 2, soutenu un outil de gestion informatique sécurisé; l’adoption d’un référentiel et des procédures de lutte contre le blanchiment d’argent, renforcée par l’installation d’un système comptable aux normes internationales IFRS; et enfin d’une comptabilité analytique.

Satisfait d’avoir redressé la situation économique de la banque, Michaël Adandé, à la tête de cette institution depuis février 2010, et déjà en fin de mandat, pense que les bases sont posées pour que la BDEAC joue pleinement son rôle d’accompagner le développement de la sous-région.

Publié en association avec Les Depeches de Brazzaville
Auteur: Firmin Oyé









CEMAC-Apr15-Bank

JUSTICE 27/05/2015 23:17

Vous êtes sûr de ce que vous annoncez ? En tant qu'Africaine, je connais les l'esprit régionaliste, tribaliste et autres qui animent beaucoup d'Africains, prompts à déstabiliser tout ce qui ne vient pas de votre pays ou vos proches. DIEU vous Pardonne.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents