Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Après le BAC, le carburant : la crise!

Publié par Arsène SEVERIN sur 13 Juin 2015, 14:53pm

Catégories : #Carburant, #Congo-Brazzaville, #Societé- Développement, #BAC 2015, #Crise, #Taxis

© Une file d'attente devant une station
© Une file d'attente devant une station

Des files immenses de voitures devant les stations services de Brazzaville. Depuis deux trois voire quatre jours, des véhicules garés attendent du carburant. Et c'est depuis plus d'une semaine que cela dure. Le nouveau spectacle à Brazzaville laisse à désirer, les gens marchent sans se fatiguer.

A la maison, les voitures sont aussi égarées. Les boss préfèrent les taxis. Cela évite une éventuelle panne sèche, pousser la voiture jusqu'à la maison ou devant une station qui ne sert pas, est un spectacle à ne pas vivre. La course de taxi est passée de 1000 francs à 2000 voire 3000 francs CFA la nuit. Pas de carburant, répondent tous les chauffeurs de taxi à ceux qui ne veulent pas débourser. D'autres ne réagissent même pas, préférant démarrer en trombe, abandonnant ainsi leurs clients dans l'émoi et la désolation.

Dans les stations servives, les pompistes font du trafic. 2000 à 3000 francs CFA pour se faire servir. Tu ne veux pas, tu attendras le jour où les coqs auront des dents pour te servir. A la cité, les khadafi, du nom de ceux qui vendent du carburant à la sauvette, sont aux anges. Ils traitent directement avec les pompistes ou chefs de stations. Tout baigne!

Du côté des gouvernants, c'est le silence d'une carpe. Mieux d'une tombe! Personne ne communique sur la situation. Le ministère en charge des produits pétroliers ne dit mot, encore la direction générale des hydrocarbures. A la Société nationales des pétroles du Congo (SNPC), tout est géré ou non à leur niveau. La gestion de cette crise de carburant ne dit donc rien, elle est prise comme une situation ordinaire. C'est quand il y a suffisamment du carburant dans les stations que la situation est anormale, dira-t-on.

Les Brazzavillois n'ont ainsi aucune réponse aux questions qu'ils se posent depuis plus de dix jours sur cette affaire de carburant. A quoi est due cette crise, doit-il prendre fin rapidement? Tuna na ngaï Na tuna yo!

Coincé devant une station

Coincé devant une station

Commenter cet article

Bakoua 14/06/2015 18:27

Trop de.constitution dans la tête des gouvernants et on oublie l'essentiel

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents