Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Kisombe.pngIl es seul face à ses responsabilité, cloué comme un pontois, pour avoir fait la gueule à une journaliste, Euginie Ntumba de la Radio télévision satelitaire (RTV S1. Le député de la RDC, élu MLC de Jean Pierre Bemba, mais depuis passé à la mouvance présidentielle, a copieusement injurié la journaliste, à commencer au téléphone jusqu'au siège même du Média. Fachés, les médias de la RDC ont manifesté leur colère en infligeant six mois de black-out de Yves Kisombe sans parler aux journalistes. Il n'aura désormais plus que ses parents et ses amis pour exprimer sa vision de bagarreur en RDC. Gabriel Mokia, un opposant jeté en prison en prison pour s'être battu sur un plateau de télévion et pour avoir qualifié de "vendeurs de Gamundele" les membres de la famille politique du président Joseph Kabila, aurait bien voulu voir Kisombe le rejoindre dans sa cellule.

Ce vendredi, une marche de colère des journalistes s'échouera au bureau de l'Assemblée nationale où les profesionnels des médias remettront un mémorandum qui exclut Yves Kisombe dans les médias. Sauf s'il craint sa propre radio et sa propre télévion!

Cette décision a été prise après une réunion concertée qui a eu lieu le 23 août par les organisations professionnelles de la corporation, à savoir Journaliste en danger (JED), Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC), Observatoire des Médias Congolais (OMEC) et l’Association nationale des Editeurs du Congo (ANECO). Elle est consécutive à un comportement indigne qu’a affiché l’intéressé à l’endroit d’une consœur Eugénie Ntumba, Rédactrice en chef de la Radio Télévision sur Satellite 1, en sigle RTVS1.

Un deuxième memo sera déposé au bureau de l'Assemblée nationale, car un autre professionel de médias, Serge Kambila, un cameram à la RTG@ a été sévèrement battu à Kinshasa lors du congrès du parti présidentiel, le Parti pour le peuple, la reconstruction et le développement (PPRD).

Pour ces deux faits, une marche de colère des journalistes est prévue le vendredi 26 août prochain. Voici le communiqué publié par l'oNG JED, et parvenu à SEVERIN NEWS :   

"Menaces et attaques répétées contre la presse : Les professionnels des médias decretent un embargo contre le députe kisombe ; jed, l’unpc, l’omec et l’ANECO appellent a une grande marche de colere vers le palais du peuple. 

A l’initiative de Journaliste en danger (JED), Organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de la presse, des responsables des organisations professionnelles des médias et des directeurs des principaux médias de Kinshasa, se sont réunis ce mardi 23 août 2011, au siège de JED à Kinshasa. L’objectif de cette rencontre était d’échanger sur les enjeux de la situation qui prévaut actuellement dans le secteur des médias, et au lendemain de la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (Le Conseil), en vue de dégager des voies et moyens d’une meilleure défense de la liberté de la presse et des droits des journalistes en cette période électorale.

 

Un autre communiqué publié l'ONG sur la cas du cameram de la RTG@ :

 

"JED dénonce vigoureusement l’agression dont a été victime Serge Kembila, caméraman à la Radio Télévision Groupe l’Avenir (RTG@), une station privée de télévision émettant à Kinshasa, capitale de la RDC. Kembila a été attaqué, vendredi 19 août 2011, au stade des martyrs de la pentecôte par un groupe d’hommes en civil commis à la sécurité de M. Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD (Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, parti au pouvoir).   

Il a été reproché à Kembila de filmer les gradins vides du stade des martyrs de la pentecôte où se tenait le 2ème congrès du PPRD. La cassette d’enregistrement dudit congrès a été confisquée par ses agresseurs.

Kembila était envoyé par sa rédaction pour couvrir l’ouverture du 2ème congrès du PPPD au stade des martyrs. Le caméraman a été pris à partie par ces agents de sécurité juste après qu’il ait terminé de filmer l’intégralité du discours du secrétaire général du PPRD.

Interrogé par JED, Kembila a déclaré qu’il a été brutalisé par M. Willy, garde rapproché et membre de la famille biologique du secrétaire général du PPRD. « C’est au moment où il a lu sur mon gilet de presse RTG@ qu’il a fait appel aux autres éléments de sécurité de Boshab qui m’ont tabassé en récupérant la cassette d’enregistrement. M. Willy m’a reproché de filmer les poches vides du stade des martyrs dans le but de ternir l’image du PPRD », a ajouté Kembila.

 

Tag(s) : #Droits Humains
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :