Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A l'annonce le 23 juin du verdict du procès sur le meurtre de Floribert Chebeya Bahizire et son chauffeur Fidèle Bzana Edadi, toutes les parties se sont pouvues en cassation, mécontentes et insatisfaites du jugement. Selon le président de la Cour militaire de la Gombe à Kinshasa, le colonel Musungi Muna qui a lu le verdict, déjà retardé d'une semaine, quatre policiers, dont le colonel Daniel Mukalayi ont été condamnés à mort, et un autre à la servitude pénale à perpétuité, et puis deux autres relaxés, le juge n'ayant rien trouvé contre eux.

Ce verdict qui aurait pourtant provoqué le contentement de tous, sinon des parties civiles, bien au contraire, il a provoqué une grande colère, à telle enseigne que toutes les parties, même les bandits et les malfrats, se sont pourvus en cassation. Bien que Matilde Chebeya, la soeur de Floribert s'est dite "satisfaite" du verdict, car selon elle, "celui qui tue par l'épée, meurt par l'épée", un arrière goût amer reste dans la langue de tous!

Pour les parties civiles, le pourvoi en cassation était prévisible dès lors que le Général John Numbi, l'ex-patron des services de police de la République démocratique du Congo (RDC), n'avait comparu qu'en qualité de simple témoin ou vulgaire renseignant! C'est donc une occasion pour la partie civile de traîner à cette cour militaire supérieure cet officier général qui s'était caché sous le label de "la petite cour qui ne peut juger des officiers de son rang". Maintenant, il va devoir croiser ceux de rang, et s'il le faut, le président Général Major Joseph Kabila lui-même viendra le juger!!!

Pour les condamnés, c'est le double espoir d'obtenir la souplesse de la peine, et voir le fameux Général Numbi les accompagner dans les profondeurs de l'abîme. Numbi qui étéit venu le jour de sa comparution avec une grande garde armée, est plus que jamais attendu pour dire ce qu'il sait de cette affaire, car la tête de Mukalayi seule ne suffit pas pour calmer la société civile qui avait déjà failli lyncher le ministre de la justice de la RDC, Luzolo Bambi Lesa.

Bine que la peine de mort n'a plus jamais été exécutée en RDC depuis dix ans, les condamnés à mort ont bien les couilles mouillées, sachant que tout peut bien arriver dans ce pays habitué à des soubresauts les plus rocambolesques.

Les observateurs sont donc rivés à l'organisation d'un autre procès, un vrai avec tous acteurs dont le Général Numbi au banc des accusé.

En dehors des peines prononcées, les condamnés doivent verser 50.000 dollars aux veuves qui ont déjà fui la RDC, et 35.000 dollars à chacun des enfants des deux assassinés. Les coupables doivent aussi verser 10.000 dollars à l'organisation la Voix des sans Voix (VSV).

Une autre catastrophe dans ce procès, c'est que la cour militaire de la Gombe a dit que Fidèle était victime d'une "détention arbitraire et illégale", sans signaler sa mort. Ce qui veut dire que le gars est vivant et détenu dans l'une de nombreuses prisons de la RDC. S'il est alors à Buluo, à Angenga ou Isiro, qu'on le présente au public ou qu'on le remette à sa famille qui l'attend toujours.

Toutes les parties ont alors c

Tag(s) : #Droits Humains
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :