Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Venus nombreux pour écouter Jocelyne Lissouba : Appliquez !

Publié par Arsène SEVERIN sur 25 Mai 2010, 10:56am

Catégories : #Politique

Tous les chefs de clans de l'UPADS sont venus écouter ( avec leur cerveau pour certains, leur cœur pour d'autres, et leur ventre pour d'autres encore) la femme de leur ancien patron, Jocelyne Lissouba. Discours émouvant prononcé lundi au palais du parlais de Brazzaville, appelant les nouveaux barons de l'UPADS à la "vraie réconciliation" et à tourner le dos au passé. Nombreux ont seuelemnt saisi la portée de faire la paix avec le président Denis Sassou Nguesso après tout ce qui s'est passé dans le pays, oubliant que la réconciliation, la vraie que parlait Jocelyne Lissouba à ces nombreux cadres de l'UPADS, c'était au sein de leur propre parti qu'ils ont déchiré et déchiqueté.

Comme une vraie mère de famille, Lissouba lui-même en étant le père et le patriarche, Jocelyne, regardant les cadres du parti de son mari, qui, pour une fois encore ont fait le plein du parlais de parlement, reconnaissait que le chemin était tortueux, celui de la réconciliation.


Parlant désormais au nom de son pascal de mari (dont on n'a plus écouté la voix depuis des années), l'ex-première dame du Congo a révélé que, même l'ancien président ne rêvait plus que de la réconciliation des militants et cadres de son parti, l'UPADS, "Maba matatu".


Mais, est-ce qu'ils ont compris le message ? Entendu, oui, mais comprendre pour appliquer! Les fonds Jaune, les fonds Bleu, les fonds Blanc, les fonds Noir et les fonds Rouges, tout ça, c'est l'UPADS, et ils étaient tous là, pénards, représentant chacun, en face de l'épouse de leur commandant, le petit drapélet spirituel de son fonds, tel que le "seigneur" lui en avait indiqué.


De Nimi Madingou, député de Makabana (et qu'on croit être, avec les François Nguimbi, l'instigateur de la visite de Mme Lissouba dans les milieux upadesiens et dans le Niari lissoubien) en passant par Jean Itadi, Clément Mouamba, Christophe Moukoueke, Pascal Ngamassa, Pascal Tsaty Mabiala, Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, et les autres têtes de ce serpent à mille têtes qu'est l'UPADS, les détenteurs de chaque morceau de l'UPADS (tel que Lissouba le leur avait donné, et selon la grâce de chacun) étaient là, présents, écoutant et méditant.


Alors, Jocelyne est repartie en France, auprès de son Lissouba de mari, depuis lundi soir, quel est aujourd'hui l'écho d'un tel message, précédé des sons d'alerte de femmes et de jeunes de ce parti, naguère machine électorale au Congo ?


C'est le moment, disait un leader de parti!


Si les hommes ont eu tant du mal à se retrouver, Jocelyne a donné une chance à l'unification du parti du Professeur, à l'orée même de futures échéances électorales, car 2012, c'est déjà demain, disent ceux qui anticipent les choses.


Or, on sait que les Moukoueke et sa bande, les Kignoumbi et sa clique, les Tsaty Mabiala et son groupe ne s'aiment plus depuis bien longtemps, à cause, bien sûr, de la direction du parti. Qui est grand ? Qui est petit ? C'est la guerre de tous les jours au sein de cette formation politique, où on ne rêve que Lissouba lui-même, pour venir mettre de l'ordre.


En décembre prochain, Tsaty Mabiala et son monde vont organiser un autre congrès de l'UPADS. Si les Tsaty Mabiala essayent de sauver un pan important de l'UPADS (avec une dizaine d'élus à l'Assemblée nationale), il est vrai qu'à eux seuls, ils ne survivront pas devant les attaques des adversaires politiques, et l'opposition au Congo restera semblable à la merde du chien, dirigée parfois par des gens sans base et sans légitimité.


Les Moukoueke qui se sont donnés beaucoup de la peine pour créer beaucoup de fonds de l'UPADS n'ont pas réussi à susciter l'espoir à ces nombreux jeunes, prêts à s'allier derrière un vrai leader charismatique. Au contraire, ils ont organisé un congrès qui a accouché d'un gros rat, et depuis, on en parle plus... l'argent du congrès, ayant fait boom-rang, étant certainement fini.


Et Kignoumbi qui avait pris l'option de plus écouter la voix du parti, même pas de Lissouba lui-même (depuis les élections de 2002) fait cavalier seul : lui-même député, lui-même conseiller, lui-même président du parti ou association, lui-même vrai opposant, et... lui-même bientôt ministre.


L'opposition volée en éclats, récupérée par les opportunistes de tout poil ne sert à la démocratie congolaise que pitié et misère, racaille et médiocrité, rompennade et supplications. Comment dans ces conditions bâtir une vraie nation démocratiquement pluraliste aux côtés d'un pouvoir ambitieux, stratège, fort et déterminé à moderniser le pays ?


Jocelyne, ce n'est pas un chef de parti, mais son message restera d'actualité dans les états-majors de différentes tendances de l'UPADS, pour que, peut-être, le congrès de Tsaty Mabiala de décembre prochain soit un congrès de l'unification, le congrès de tous les gars de l'UPADS. Allez, saisissez la main de cette dame!

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents