Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Un demi milliard perdu dans des statues à Brazzaville !

Publié par Arsène SEVERIN sur 31 Décembre 2009, 11:06am

Catégories : #Culture

Statue---Brazza.jpgL'argent pour boire et manger, acheter le luxe et faire de unitilité, ce n'est pas ce qui manque au Congo. L'argent pour créer les entreprises, réhabiliter les vieilles sociétés  comme CAIM (Mantsoumba) à Bouansa, SOCOBOIS à Dolisie, SANGHA PALM à Mokeko et Etoumbi ou IMPRECO à Brazzaville, ou pour renforcer les entreprises mourantes comme le CFCO à Pointe-Noire, la SNE et la SNDE à Brazzaville, il n'y en a pas! Ainsi pour érriger des monuments que le président Denis Sassou Nguesso a inaugurés le 28 décembre dernier, le gouvernement a sorti plus de 650 millions de F CFA, sans hésiter et sans compter.

"C'est pour notre histoire", a justifié le ministre de la culture, Jean Claude Gakosso.

Cela fait la beauté de la ville et renseigne les étrangers sur notre histoire, a rencheri en substance le maire de Brazzaville, Hugues Ngouelondele.

Et tout ce discours pour justifier la sortie des caisses de l'Etat d'une bagatelle de plus 650 millions de F CFA. Au total, quatre statues ont été errigées dans la capitale. Une à la gare centrale du chemin de fer, au même endroit, dit place de la Liberté, où était "Ondongo très faché", les autorités ont reçu une autre inspiration, et y ont mis une jolie dame souriante. "La femme, c'est la protection", a expliqué le ministre Gakosso.L-argent.jpg

En tout cas, le Chemin d'avenir, c'est partout! Même si les jeunes attendent le travail et les parents de meilleures conditions de retraite ou de santé, l'eau et l'électricité, mais les morts aussi attendaient bien leur part. Pas les moindres, en plus, il s'agissait bien des pères de la Nation. Ils ont eu leur, eux qui sont là pour nous servir et non pour se servir, ils n'en plus besoin, comme disait le Professeur des professeurs.


Au rond-point de la Grande poste, plusieurs curieux parlent d'un grand sapeur habillé en redengott, canne à la main, et très souriant, lui aussi. Il s'agit de Jacques Opango, le vice-président de la République du Congo, au temps du président Fulbert Youlou.

Ce dernier n'a pas été oublié! Sassou Nguesso l'a placé juste en face de la mairie centrale où il y a été maire. Plongé dans sa soutane de prêtre catho, certainement l'une des celles qu'il se faisait coudre chez Chistian D'oir, Youlou meurt loin de son pays, en 1972 à Madrid en Espagne, se sentira aujourd'hui resturé. Alorsqu'il a été chassé comme un mal-propre (Youlou a tout volé, a-t-on chanté contre lui), par ceux là même qui tout foutu en l'air(le pays quoi!).

Et la dernière statue, est celle de la Colombe, placée au coeur même du rond-point de la coupole. ce gros oiseau perché sur un globe terrestre ne donne de la signafication que pour ceux qui veulent philosopher.

Ok, mais après tout cela, on gagne quoi, nous les affamés? L'histoire du Congo a été restaurée, crie-t-on dans toutes les oreilles calfatées et pessimistes. Et pourtant, on sait que si cela ne continue pas, l'histoire est à demie-teinte, car le peuple aussi la statue de Alphonse Massamba Débat, devant le rond-point du stade qui porte son nom.Jacques Joachim Yhombi Opango, ancien chef de l'Etat et son ami Pascal LIssouba, ne pourront pas encore s'en plaindre, sauf s'ils veulent précipiter leur mort et se voir ainsi érriger une statatue du septennat.

Entre temps, le demi-milliard est parti, alors qu'on allait créer des usines (une unité peut-être) ou renforcer la couverture médicale dans les centres de santé où tout n'existe qu'à la télévision. Même quand il n'y a rien, tout le monde crie à la télévision et la radio que tout y est!

Comme par hasard, les 650 millions, estv le montant détourné qui a envoyé l'ancien directeur général de la santé, Damas Bzongo en prison, balotté entre procès et juridiction. Ce n'était pas de l'argent à jeter, l'Etat a tout fait pour juger les coupables, même si on n'est pas sûr que le remboursement se fait.

Après les monuments, on ne sait pas ce qu'on va encore créer pour jeter en l'air un demi milliard. Peut-être la pelouse au milieu des grandes voies goudronnées !!!

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents