Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sassou-campagne.jpgCombien de Congolais sont-ils à pleurer et à pleurnicher dans leurs profondes pour n'avoir pas trouvé un petit comprimé de nivaquine ou de paracetamole dans les Hôpitaux? Combien sont-ils à avoir lâchement perdu un cher parent au triage ou à la réception d'un centre médical faute d'argent? Les doigts des deux mains et les orteilles de deux pieds réunis ne suffiraient pas à donner le nombre. Mieux vaut dire comme un passant moqueur : même les cheveux de la tête ne suffiraient pas! Et combien sont-ils à avoir toujours des aliments pourris dans les congélateurs? Des bougies languissantes à la place d'ampoules bien éclairantes? Des appareils électroménagers transformés en monuments dans leurs salon? Dieu seul sait! Et fatigué d'écouter ces plaintes populaires qui finalement lui parviennent, malgré l'empêchement des apôtres qui lui chantent que tout va bien à la cité, le président Denis Sassou Nguesso a profité des fêtes de fin d'année pour faire de l'année 2012 une Année de Santé et de l'Electricté pour tous. Qui dit mieux? Voici l'intégralité de ce messages de voeux :

 

"Mes Chers Compatriotes,

Pour chacune et chacun de vous, et pour vos familles respectives, je forme, en cette veille du nouvel an, mes vœux les plus confiants. Pour le Congo, notre cher pays, je souhaite, en notre nom à tous, qu’il vive une année 2012 heureuse et généreuse.

L’année 2011 qui s’achève ce soir a eu le mérite de donner quelques suites positives aux aspirations et aux espoirs de notre peuple. Notre pays a ainsi poursuivi, tout au long des douze mois écoulés, sa marche résolue vers le progrès et la prospérité pour tous. Notre effort collectif a été utile et fructueux.

Quelques indicateurs l’attestent :

- la paix règne pour tous et partout ;

- l’embellie économique et financière reste de mise, avec une croissance de l’ordre de 8%, et le budget de l’Etat qui se clôture par un excédent ;

- des investissements lourds et structurants notamment dans le secteur des infrastructures de base se sont poursuivis à un rythme soutenu ;

- le climat politique de plus en plus rassurant s’est traduit entre autres par l’exercice apaisé du jeu démocratique, ainsi qu’en témoignent les dernières élections sénatoriales.

En vérité, la plateforme qui doit porter le Congo à l’émergence se met en place : progressivement et sûrement. Notre pays est sur les rails de son développement. Les observateurs objectifs et impartiaux le reconnaissent et le disent. Nous-mêmes en avons l’assurance, la certitude et la conviction. En même temps que nous demeurons prudents et mesurés, écoutant ainsi la voix de la sagesse et de la raison.

En effet, dans un environnement mondial marqué par le ralentissement de l’activité économique et secoué par trois crises majeures (crise financière, crise économique et crise de l’endettement) qui ont réussi à faire vaciller les grandes puissances du monde, nous devons nous garder de toute euphorie.

En 2012, comme en 2011, nous devons continuer à faire preuve de rigueur et à affûter notre sens de responsabilité dans toutes nos entreprises collectives.

Tout comportement, toute attitude différente, tout laxisme compromettrait, à coup sûr, l’élan, le bon élan pris par notre pays, et dont nous sommes à la fois des témoins privilégiés et des acteurs déterminés.

Sur cet élan, le gouvernement entend réaliser les grands objectifs qu’il s’est fixés pour l’année qui commence demain. Au nombre des défis à relever, il y a notamment :

- l’amélioration substantielle de l’offre de santé et d’électricité ;

- l’assainissement de nos principales agglomérations urbaines ;

- l’industrialisation du pays avec l’éclosion de diverses PME et PMI ;

- la poursuite de grands travaux d’infrastructures de base notamment dans le domaine de la navigation fluviale ;

- le renforcement de la politique d’appui à l’activité agro-pastorale.

Une fois de plus, j’en appelle au sursaut patriotique de chacun, au dévouement et à la disponibilité de tous afin que s’ouvre et s’élargisse davantage à notre pays le champ de nouvelles raisons d’espérer.

Dans ce contexte, comme l’a été le récent scrutin sénatorial, les prochaines élections législatives doivent être le rendez-vous de la démocratie exercée dans la paix, la liberté, la transparence et la justice.

D’ores et déjà, j’exhorte toutes les parties prenantes à ce processus électoral à s’investir pleinement pour son bon déroulement, à privilégier, toujours, l’intérêt supérieur de la nation.

Pour ma part, j’y veillerai scrupuleusement.

L’intérêt supérieur de la nation, l’intérêt public c’est aussi d’offrir à chacun le bénéfice des fruits de notre labeur commun, toutes les fois que nos possibilités le permettent. Voilà pourquoi, j’ai décidé :

- Premièrement : de l’augmentation de 10% du salaire minimum payé aux agents de l’Etat, qui passe de 64.000 à 70.000 francs CFA ;

- Deuxièmement : du paiement en 2012 de deux trimestres d’arriérés de pension au profit des retraités de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ;

- Troisièmement : de la majoration de plus de 100% des allocations familiales versées mensuellement par l’Etat aux enfants à charge des fonctionnaires. Les allocations sont désormais de cinq mille (5.000) francs CFA par enfant, par mois.

- Quatrièmement enfin, de l’augmentation de 50% des bourses des étudiants

Toutes ces mesures entrent en vigueur en 2012. Les ministres compétents ont été instruits afin que leur mise en œuvre se fasse sans atermoiement suivant les modalités techniques et pratiques les plus adéquates.

Mes Chers Compatriotes,

Au-delà des divergences dans le choix des objectifs et des priorités ainsi que des moyens d’action, divergences inhérentes à toute société humaine, nous avons en partage une communauté de destin faite de l’héritage du passé, des défis du présent et des promesses de l’avenir. Nous avons en partage notre foi inébranlable dans la nécessité absolue de vivre ensemble. Nous avons en partage notre nation dont nous ne devons laisser à personne le soin funeste d’en déstabiliser les fondements.

Ce sont là autant de repères nobles qui commandent que nous nous donnions toujours la main dans l’affirmation d’une solidarité active, que nous regardions toujours dans la même direction, celle d’un CONGO uni et indivisible, déterminé à se battre et à gagner.

C’est notre défi pour 2012.

C’est notre combat permanent.

Bonne et heureuse année à tous !"

Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :