Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au moment où toutes les bouches parlent de l’échec de la rentrée scolaire 2009-2010, des observateurs constatent que le cabinet de Rosalie Kama Niama, ministre de l’Enseignement primaire et secondaire, chargée de l’Alphabétisation est bourré de ses parents de Makoua, une ville au nord de Brazzaville.

 

Ils sont nombreux à se réclamer des parents de Kama dans l’administration scolaire au Congo. De toute façon, c’est une pratique dans le pays. Quand on est nommé à un poste, on prend toute sa famille, experte ou pas, sachant ou pas, tout à kuenda !

 

A la tête de la direction générale de l’enseignement (DGS) c’est Clémence Ossé, la sœur (cousine, nées des mères, comme on dit à Brazzaville) de la ministre qui y siège depuis leur arrivée au pouvoir en 2002. Ebonga, Ebonga te, toujours meilleur ! Dans une administration à problèmes comme l’enseignement secondaire, confrontée aux multiples revendications d'enseignants, et qu'un fonctionnaire garde la tête d’une administration, ça veut que tout va bien. Sinon alors, c’est des liens familiaux qu’on veut préserver !

 

La directrice de la formation continue du personnel enseignant au sein de ce ministère, Pascaline Acessé est également une sœur de la ministre. Elle aussi a eu sa part du gâteau, de l’Espérance à la prospérité. « Je ne suis pas venu pour me servir, mais pour vous servir, je n’en ai besoin », disait le professeur Pascal Lissouba.

 

Même le conseiller administratif et financier (CAF) de la ministre, Nicolas Bakala, a été défenestré, malgré le travail abattu. Cet ancien de la Banque mondiale a été vite remplacé par un grand frère de Kama, Jean Marie Angayolo, lui aussi, certainement de Makoua.

 

Ce n’est pas tout, car le Directeur des examens et concours (DEC) a été remercié en monnaie de signe. « Merci de m’avoir remis de l’ordre à la DEC  », aurait dit Mme Kama, pour citer les mauvaises langues qui rapportent tout à Brazzaville, même les scènes de ménage. Nganongo Andele, l’ancien DEC, a fait le lit à l’oncle de la ministre, Jean Pierre Mbengo, anciennement employé à l’Inspection générale de l’enseignement primaire et secondaire, chargé de l’alphabétisation.

 

Ils sont comme ça nombreux. La directrice générale de l’enseignement de base aussi est un membre de la famille.

 

 Bon ! Tout ça pour dire quoi ? Que les cadres de ce ministère ne sont trouvables qu’à Makoua, ou dans la famille de la ministre ? Et les autres, ce sont des bons à rien, ou des passerelles et des marche-pieds? Peut-être qu’ils ne sont pas capables d’appliquer la politique du Chemin d’avenir, projet de société du président Denis Sassou Nguesso. En tout cas, ce n’est pas bon de faire comme cela dans un pays qui vient de vivre une décennie de déchirement socio- politique grave.

 

Pourquoi on ne parle que de Mme Kama ? Ha, non, les autres ministères après !

Tag(s) : #Culture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :