Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

article_Ouattara.jpgLe président élu de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara a déclaré ce lundi soir, dans une adresse à la Nation, qu'il s'opposait à tout esprit de vengeance de ses partisans contre les pro-Gbagbo, le président sortant qui a été arrêté cet après-midi à Abidjan. Dès l'arrivée de Laurent Gbagbo au Golf hôtel, certains miliciens et membres des Forces républicaines de la Côte d'Ivoire (FRCI) ont menacé de le massacrer. C'est pourquoi, il est sous la bonne garde des gendarmes de la mission des Nations Unies dans ce pays (ONUCI). Ouattara a appelé ses partisans "à s'abstenir à tout acte de représailles". Le président de la Côte d'Ivoire a annoncé des poursuites judiciaires contre son prédécesseur.

Les choses sont allées trop vite. Après le délogement de son rival, Alassane Ouattara a fait une déclaration aux médias, appelant le peuple ivoirien à ouvrir "une page blanche" de l'histoire de ce pays. Il a plaidé pour que les forces militaires, la police et la gendarmerie fassent que la paix et la sécurité reviennent dans le pays.

Les partisans de Ouattara qui sont encore sous l'émotion de cette "délivrance", selon l'ambasseur de la Côte d'Ivoire à l'ONU, ne tiennent plus compte du couvre-feu qui rentre en vigueur en ce moment même. Des scènes de joie et de grandes manifestations ont été notées dans les rues d'Abidjan et à l'Ouest du pays.

Mais ces manifestations sont relatives, car plusieurs familles trouvent enfin l'occasion et le temps de faire le deuil de nombreux de leurs proches qui ont été sauvagement tués dans les combats qui ont fait rage à Abidjan. Pendant douze jours, en effet, les populations se sont terrées dans leur maison, avec de graves difficultés d'approvisionnement en eau potable, en électricité et en nourriture.

Dans les quartiers pro-Gbagbo, cependant, l'heure est à la colère, au sentiment de défaite et à la revanche. Depuis Paris, le conseilller de Laurent Gbagbo, Toussaint Alain a accusé la France d'avoir organisé "l'enlevement" du président Gbagbo qu'il considère toujours comme "le président élu démocratiquement" de ce pays d'Afrique de l'Ouest. Ainsi, estime-t-il, le président de l'Assemblée nationale devra prendre le pouvoir, conformément à la Constitution.

Mais, le président Ouattara, sans esprit de triomphalisme, appelé les Ivoiriens "à oublier le passé" et à penser à la réconciliation nationale.

Déjà, les commandants de la Gendarmerie et des forces terrestres faisant allégeance à Ouattara, ont appelé leurs éléments à reprendre du travail dès ce mardi.

Tag(s) : #International
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :