Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Com-du-Gouv.jpgNeuf jours pour les voleurs de la MONUSCO, et le dixième a été celui de la RDC! Depuis dimanche, le gouvernement de la RDC met le feu de tout bois, à la suite d'une impressionnante saisie des stocks de la1200kg cassiterite jeep monusco goma clip image002 cassitérite (1200Kg) à Goma, au poste frontière entre le Rwanda et la RDC. Le gouvernement a trouvé une occasion de tirer à boulets rouges (boulets noirs, c'est même mieux), sur la MONUSCO, qui est toujours soupçonnée par le gouvernement de la RDC de pratiquer ou de couvrir les trafics illégaux des minerais dans l'Est de ce pays vaste comme un continent. Les Nations Unies, bavantes et ahuries, a été obligées d'ouvrir une enquête pour établir les responsabilités. Mais, de nombreux Kinois estiment que cette enquête n'ira pas plus loin pour exhumer les tout premiers trafics organisés par les casques-blues dans les zones de conflits. Voici, l'intégralité (voir notre image) du communiqué publié par le ministre de la Communication et Médias de la RDC, Lambert Mende Omalanga.

 

"Le gouvernement de la République Démocratique du Congo confirme l'information livrée ce lundi 22 août 2011 par quelques médias concernant la saisie de substances minérales dans un véhicule de la MONUSCO à la frontière rwando-congolaise.

En effet, ce dimanche 21 août 2011, la police de frontière de concert avec les autres services de sécurité commis à la grande barrière de Goma ont mis la main sur 24 colis de cassitérite pesant chacun 50 kgs, soit 1200 kgs, à bord d'une jeep de la MONUSCO portant la plaque n°1727. Le véhicule était conduit par Julien Mukala, détenteur de la carte de service MONUSCO n°50316. 

Le constat a ensuite été confirmé par les autorités civiles et militaires provinciales, ainsi que par des officiels de la MONUSCO, notamment M. KABORE invité à cet effet par le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku. 

Le gouvernement déplore de tels trafics, qui, non seulement appauvrissent la République Démocratique du Congo, mais aussi entretiennent l'insécurité dans cette partie du territoire national, en contribuant à faire prospérer le commerce illégal du minerai du sang, contre lequel la RDC et la communauté internationale se mobilisent avec fermeté.

Cet incident questionne la conformité des pratiques de certains acteurs de la mission onusienne avec les Résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies régissant leur présence en RDC et les lois congolaises. 

Quoi qu'il en soit, le parquet de Goma a initié une procédure en flagrance pour faire éclater toute la vérité à ce sujet. Un deuxième suspect comme tel lors des enquêtes préliminaires est déjà aux arrêts.

Le Gouvernement souhaite voir la MONUSCO prendre toutes ses responsabilités pour ne plus que se reproduisent de tels dysfonctionnements.

 

Fait à Kinshasa, le 22 août 2011

 

                                                   Lambert MENDE OMALANGA

Tag(s) : #Economie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :