Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comme on le disait hier, "ça passe ou ça passe pour la Côte d'Ivoire", he bien les premières gouttes de sang ont giclé à Abidjan, sorties de quelque quatre corps, d'après nos amis de l'Agence France presse (AFP). D'autres manifestants sont encore dans les rues, affrontant les forces de l'ordre, alors que le procureur de la Cour pénale internale (CPI) vient d'ouvrir son carnet de notes pour traquer ceux qui tuent impunément les masses populaires. Voici l'article publié par nos amis de l'AFP : "Quatre personnes ont été tuées par balles jeudi à Abidjan au moment où les forces de l'ordre dispersaient des manifestants partisans d'Alassane Ouattara qui voulaient marcher sur la télévision d'Etat ivoirienne, ont rapporté des journalistes de l'AFP et des témoins. Dans le quartier populaire d'Adjamé (nord), un photographe de l'AFP a vu les corps de trois personnes tuées par balles. Des témoins ont affirmé qu'ils avaient été tués par les forces de l'ordre, fidèles à Laurent Gbagbo, l'un des deux présidents proclamés, alors que des manifestants cherchaient à se rendre à la radio-télévision RTI à l'appel de son rival Alassane Ouattara. Dans un autre quartier populaire, Koumassi (sud), un journaliste de l'AFP a vu la Croix-Rouge emporter le corps d'une victime également tuée par balle. La tension était très vive dans cette zone, où une trentaine de personnes faisaient face à une dizaine de policiers armés, a-t-il constaté. Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo a prévenu pourtant jeudi qu'il engagerait des poursuites contre quiconque serait responsable de violences meurtrières en Côte d'Ivoire, dans un entretien à la télévision France 24. Entre 300 et 400 jeunes qui tentaient de quitter le quartier d'Abobo (nord) un fief de Alassane Ouattara, ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogènes par une quinzaine de membres des Forces de défense et de sécurité (FDS) qui leur faisaient face. Cette manifestation est une étape majeure dans l'affrontement entre les deux hommes, tous deux présidents proclamés après l'élection du 28 novembre. La France appelle «à la retenue de part et d'autre» en Côte d'Ivoire, a déclaré jeudi le ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie".
Tag(s) : #International
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :