Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


La pagaille de Antoine Ibovi à la FECOFOOT !

Publié par Arsène SEVERIN sur 24 Février 2010, 13:21pm

Catégories : #sports

CARA-AS-B-to.JPG.jpgAprès avoir copieusement échoué lors de son mandat, Antoine Ibovi, le président de la très prestigieuse mais bidon Fédération congolaise de football (FECOFOOT) ne jure que par la Férération internationale de football et associations (FIFA) pour le sauver. Dès qu'on le touche, il crie à la FIFA, c'est comme si c'est avec ces gars de la FIFA qu'ils ont foutu la merde pendant quatre ans dans le football congolais.

Nous les journalistes, on le savait depuis le jour où Ibovi et ses gars ont été mis en place. Fabriqué comme un ballon de baudruche par le Général Jean-François Ndenguet et ses amis présidents des clubs de Brazzaville qui ne voulaient plus de Sylvestre Mbongo (après 16 ans de pouvoir : de Sassou1 à Sassou3 en passant par Sassou2 et ya Pascal, le professeur Lissouba), Ibovi arrive dans des conditions rocambolesques, élu hors des micro et des cameras, loin des journalistes.

Malgré tout ce que Abel Elenga Galène (paix à son âme, cet autre grand frère de Makoua), avait mis dans le curriculum vitae de Ibovi Antoine, rien ne s'est manifesté sur le terrain. Tout ce qu'on  a su de lui, c'est la poigne et le caractère qu'il avait à chasser les cadres de la FECOFOOT, ses propres collabo. Youlou Backitt et Stef Joseph Bakandila sont partis du secrétariat général de cette fédération la queue entre les pattes (pour ne citer que ceux-là).

Aujourd'hui, arrivé à la fin d'un mandat chaotique fait d'échecs et de zéro vrais trophées en clubs ou en sélection nationale, Ibovi s'accroche, ne jurant plus que par la FIFA. Dès que le ministre des sports lui demande de tenir son Assemblée générale élective dans les délais raisonnables, il crie partout qu'on s'ingère dans ses affaires. Il a peur de perdre, mais bien pire, peur qu'on sache ce qui s'est passé durant les quatre années de son mandat.

Prévue pour le 21 février dernier, l'Assemblée générale n'a pas eu lieu à cause des caprices de ces gens, qui ont pourtant pris le contre-pied des ligues départementales en organisant des assemblées générales en catimini, en toute illégalité, bottant en touche les responsables sortant.

Entre temps, la relance du championnat national prend du retard à cause de la dureté des dirigeants de la FECOFOOT. Ils ont raison, car le Congo, qu'est-ce que c'est ? Chaque fait sa loi et il n'y a personne pour frapper ! Le Congo, c'est un champ de maïs, tous barbus!

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents