Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


La nouvelle fameuse grille salariale : ça boude partout !

Publié par Arsène SEVERIN sur 3 Février 2011, 15:24pm

Catégories : #Economie

« Ha, donc Sassou abanga lisusu ba militaires te ! », s’est écrié un lieutenant des Forces armées congolaises (FAC), débout devant le ministère des finances, cherchant à comprendre pourquoi son nom n’est pas sur la liste des salariés de la nouvelle grille.

Ce lieutenant n’est pas seul à se plaindre dans l’armée. Ils sont nombreux, habituellement caressés et amadoués par le pouvoir, mais qui cette fois ont vu leur situation prendre un cours drastique, surtout avec l’opération de contrôle des salaires des agents de l’Etat.

Depuis le mois de janvier, les membres des forces armées manifestent constamment devant le ministère des finances, et récemment devant l’hôtel l’Eucalyptus. Les premiers mouvements ont heureusement pu être contenus par la gendarmerie et la police militaire. Ces agents de la force publique, souvent en civile et en tenue de sport, protestent en petits groupes près de l’arrêt de bus Congo Pharmacie. Il y a une dizaine de jours, ils ont réussi à disperser le monde dans cette zone stratégique de la ville, vers 15h.

Il n’y a pas que des militaires. Même les fonctionnaires civils de l’Etat ne se sont pas reconnus dans cette grille nouvelle des salaires. « Mais, c’est se moquer de nous. Il n’y a rien qu’ils ont ajouté. Au contraire, ils ont même diminué le peu que nous avions », s’est plaint un agent de la mairie de Poto-Poto.

« Pour nous donner ces miettes, ils ont dû nous prendre un mois de salaire. Il suffit de faire les calculs, les fonctionnaires comprendront que nous sommes perdants. Les syndicalistes qui ont soutenu à l’époque cette mesure sociale sont aujourd’hui incapables d’expliquer comment ça marche », a dénoncé Edouard Adzotsa, syndicaliste dans le secteur de la Communication.

« Il faut qu’on dise à Ondongo (Gilbert Ondongo, ministre de l’économie et des finances, Ndlr) qu’il ne fait pas bien. Si Sassou de le lui dit pas, il croirait qu’il en train de bien faire. Alors qu’il gaspille tout et met le pays par terre », a fustigé un ancien Directeur des études et de la planification, en attente d’un nouveau poste.

« Je suis surpris de voir les militaires aussi venir manifester ici tout le temps, car c’est eux qu’on envoie pour venir bastonner les autres quand ils revendiquent leurs situations. Je crois qu’ils vont comprendre un jour que nous sommes tous dans un même bateau, même s’ils se retournent souvent contre nous », a affirmé un enseignant de Mathématiques de Collège et dont le compte n’a pas été accrédité.

« Tout ce bruit juste pour les 10.000 qu’ils ont ajoutés sur nos maigres salaires. Et les impôts ? La réalité c’est qu’ils ne nous ont ajouté que 6000 à 8000F CFA. A cause de leur bruit politique, nos femmes auront du mal à faire le marché, car c’est systématique et inévitable, les prix des denrées alimentaires de première nécessité vont augmenter », a prévenu un autre agent de la mairie.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents