Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le-logo-de-l-union-africaine.jpgIls en ont été empêchés en début mars lorsque les occidentaux ont résolué de frappes sur les armes lourdes du colonel Mouammar Kadhafi, le guidon libyen. Aujourd'hui, ils ont foncé, comme s'ils n'attendaient que ça, espérant enfin résoudre la crise qui règne en Libye depuis quelque deux mois déjà.

Pour régler cette crise, l'Union africaine (UA), dans ses manières et méthoses hésitantes et syndicalistes, avaient mis en place, comme dans la situation de Côte d'Ivoire, un panel de cinq chefs d'Etat africains pour discuter avec les protagonistes d'abord, puis les metttre en contact. Kadhafi qui avait traité ses compatriotes qui ont pris les armes contre lui de "rats", n'enttendait d'abord pas adhérer à cette démarche, se disant victime. Les insurgés aussi ne supportaient pas qu'on leur dise de s'asseoir sur une même table de discussion avec celui qui était encore considéré comme le guide incontesté et incontournable de Libye.

Le panel, nouvelle formule des Africains pour régler leurs problèmes sans vraiment les résoudre, arrivera d'abord à Tripoli pour sa saluer, celui qui est encore aux yeux de nombreux, des quatre présidents, le guide incontesté. Après, ils iront à Benghazi voir les rebelles.

Le président ougandais, Yoweri Museni n'est pas avec eux. Il se fait représenter par son ministre des affaires étrangères, Henry Oyem Okello. L'Ougandais n'a rien sur son absence. Les autres le constateront de toute façon une fois arrivés à Tripoli!

Les autres ce sont donc Denis Sassou Nguesso le Brazzavillois, Amadou Toumani Touré du Mali, Ould Abdel Aziz de la Mauritanie qui était déjà dans le premier panel sur la Côté d'Ivoire qui a connu un vrai fiasco, n'ayant pu arriver à faire "contraindre leurs résultats" à Laurent Koudou Gbagbo Sepoul.

Le quatrième chef d'Etat est le sud africain Jacob Zuma, lui aussi membre du dernier panel, pro-Gbagbo mais qui n'a pu le soutenir le jour de la plénière, ayant certainement découvert que le boulanger d'Abidjan finirait par le rouler dans la farine!

Tous les quatres devraient être reçus ce soir, non plus sous la géante tente du guidon du désert, mais peut-être dans un bunker, le seul endroit possible et sûr désormais pour les chefs d'Etat de se mettre à l'abri des frappes.

Heureusement qu'ici, le panel a reçu l'accord préalable des membres de l'OTAN qui mènent des frappes sur la Libye pour rentrer chez Mouammar. Sinon, peut-être, on allait les pulvériser avec tout ce qu'il y a là-bas comme chasseur bombardier...

Quoi qu'ils aient réclamé la cessation immédiate des frappes aériennes de l'OTAN sur la Libye, les membres du panel n'ont pas été suivis. Appuyés par les insurgés basés à Benghazi, les Occdentaux continuent à frapper dur, et à demander à Kadhafi qui quitter le fauteuil! Quitte alors aux qutre chefs d'Etat et leur ministre des affaires étrangères de convaindre Kadhafi à cesser la chasse aux rats, et demander ensuite aux rats de retourner dans leurs terriers. Sinon, Mpamba mu mpbama, comme on dans le Bas-Congo en RDC! Les frappes se ^poursuivront, à chacun sa mission.

Tag(s) : #International
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :