Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


L'histoire de la ''preface volee'' continue a faire tabac !!!

Publié par Arsène SEVERIN sur 27 Octobre 2009, 09:43am

Catégories : #Politique

Voilà donc le « Prix Nobel » de la gouvernance en Afrique en panne de récipiendaire, deux ans à peine après son lancement. On pourrait en rire. On pourrait aussi en pleurer, car cela revient à  admettre qu’il est impossible, sur cet immense continent, de trouver, chaque année, un chef d’Etat, volontairement parti du pouvoir depuis moins de trois ans, et dont on puisse dire qu’il a dirigé son pays de manière très convenable.


Chagrinante réalité ! Qui nous rappelle que l’amour de la patrie, le sens de l’honneur et de l’Histoire ne sont, hélas, pas toujours les principales motivations de ceux qui s’emparent des rênes des Etats, en Afrique.


On imagine que les vertus que veut promouvoir Mo Ibrahim sont celles qui lui ont paru faire défaut, du temps où il traitait avec les gouvernements africains, pour installer sa compagnie de téléphonie mobile. Sa principale erreur est d’avoir cru qu’il suffisait de doter richement « son » prix, pour que les dirigeants se convertissent à une certaine probité dans la gestion de leur pays, et acceptent de s’en aller, après un certain temps d’exercice.


Car c’est l’argent, justement, qui motive les chefs d’Etat qui s’accrochent au pouvoir et en jouissent avec gloutonnerie. Et dans certains pays, ces dirigeants peuvent mobiliser, chaque semaine, davantage que les cinq pauvres millions de dollars que propose Mo Ibrahim. S’ils ne les ont pas dans les caisses du Trésor public, ils se les procurent par divers circuits de corruption, la drogue, les trafics d’armes et bien d’autres pratiques illicites, à l’abri de la souveraineté d’Etat.


Difficile de parler d’honneur et de sens de l’Histoire à de tels dirigeants. D’ailleurs, certains croient sincèrement qu’avec le produit de leurs forfaits, ils peuvent se racheter toute la respectabilité du monde.

Difficile de leur expliquer, par exemple, que le sort des Sud-Africains aurait été tout autre, si Mandela s’était laissé corrompre par les propositions alléchantes qu’on lui faisait, pour son bien-être personnel, aux dépens des aspirations de son peuple ! Ce sont, justement, ces sacrifices, ces interminables années de prison et sa pratique saine du pouvoir qui valent aujourd’hui à Mandela d’être l’homme le plus respecté de la planète.


Vous comprendrez donc que les Africains, à la suite de la Fondation Nelson Mandela, puissent être indignés par l’indélicatesse qui a consisté à usurper le nom de Mandela, pour préfacer un ouvrage à la gloire de Denis Sassou Nguesso. Tout de même, les pratiques politiques du chef de l’Etat congolais sont à des années lumière de ce que représente cette icône, qui n’en finit pas de sauver l’honneur de l’Afrique.

Jean Baptiste PLACA de RFI

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents