Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Kisasa-Brazza : Pas de visa, pas de traversée!

Publié par Arsène SEVERIN sur 21 Mai 2014, 09:39am

Catégories : #Societé- Développement

Faut-il encore en douter ? NON ! Pas de visa, pas de traversée ! C’est entendu pour tous. Les agents de la Direction générale des migrations (DGM) de la République démocratique du Congo (RDC) l’appliquent depuis le lundi 19 mai, alors qu’à Brazzaville, la mesure était déjà en vigueur deux jours avant, le 17 mai.

 

Il faut désormais un passeport pour traverser le fleuve, en plus du laissez-passer que les services d’immigration donnent au Beach, dès l’arrivée. Vous avez dit passeport ? Oui, vous avez bien entendu! Mais ce n’est pas un jouet ! Il n’est valable dans le cas des voyages que quand il porte un visa. Voilà ! Donc quand les Congolais de part et d’autre du fleuve veulent traverser, il faut un visa. Brazzaville qui annoncé au téléphone la mesure aux services de Kinshasa croyait faire le malin en envoyant les gens à Kinshasa sur la présentation d’un simple passeport. A malin, malin et demi ! Dès que les premiers Brazzavillois se sont présentés à la DGM de Kinshasa avec leurs passeports biométriques brillants, les gars de la DGM n’ont eu pour action que de les expulser, arguant à leur tour que sur les passeports présentés, il n’y avait aucun visa !

 

Hahahaha ! Les gars ont repris les canots rapides pour venir vomir leur colère ici à Brazzaville. Même ceux qui avaient des passeports de service adoubés d’ordres de mission n’ont eu que leurs yeux pour s’étonner que les choses n’ont pas seulement changé, mais se sont endurcies.

 

Et pourtant Brazzaville et Kinshasa sont les capitales les plus rapprochées du monde. Pour faire simple, les autorités des deux pays, notamment les feus Marechal Mobutu Sese Seko et el Comandete Marien Ngouabi, signaient sur le majestueux fleuve les fameux accords de libre circulation entre les peuples, en 1974. Plus tard, certainement jugés caduques, le président Mobutu revient en 1982, et cette fois-ci avec le président Denis Sassou Nguesso, Sassou I. Après de nombreuses guerres subies de part et d’autre, jusqu’à même en Angola, les accords sont revus en 1999. Les conditions de traversée sont toujours facilitées pour les usagers de deux rives.

 

Entre les deux capitales, il n’y a même pas les vols commerciaux. Seuls les présidents de deux pays traversent en hélicoptères ou parfois en avion, surtout quand le président Joseph Kabila de la RDC vient à Brazzaville. Lui est même déjà venu par le Beach. Moyen que les populations utilisent couramment.

 

La compagnie aérienne congolaise Ecair qui voulait ouvrir en février une ligne sur Kinshasa, a temporisé un peu. Mieux, a changé de stratégie, préférant aller lever les voyageurs sur place à Kinshasa, les faire traverser le fleuve par canots rapides et les embarquer par avion Ecair à partir de l’aéroport de  Maya Maya. Ha, le fleuve quand tu nous prend. N’a-t-on pas appris ironiquement que les pasteurs venant de la RDC traversent le fleuve à la nage, serrant entre les dents une Bible, source de revenus à Brazzaville.

 

Mais, bon ! Tout a changé ! L’opération de police « Mbata ya Bakolo » en cours à Brazzaville a permis de renvoyer jusqu’à 123.000 personnes vers la RDC. Malgré les incessants appels des Kinois qui veulent que leurs autorités appliquent le principe de la réciprocité en refoulant les Brazzavillois qui habitent Kinshasa. Ce que le président Kabila et son gouvernement se sont interdites jusque-là de faire. Bien qu’on note parfois des envolées de certains responsables, dénonçant les cas d’exactions, d’extorsions, des tortures et des lynchages. 

 

Commenter cet article

Mouhani 23/05/2014 14:15


Mais qu'est-ce qu'ils nous veulent finalement? Nous les petits débrouillards? 90 dollars tout ça on aura où? Vous les journalistes vous devez dénoncer ça. M. SEVERIN vous êtes non seulement
beaucoup lu, mais vous êtes crédible, il faut dénoncer ça. Dites à vos autorités politiques que c'est mauvais ce qu'ils font

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents