Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Faute de train, les "Djakartas" incontournables à Makabana

Publié par Arsène SEVERIN sur 8 Janvier 2010, 11:55am

Catégories : #Societé- Développement

Transport-par-Djakarta-a-Makabana.jpgInterdites sur l’ensemble du territoire congolais comme moyen de transport en commun à la suite de nombreux accidents qu’elles causent, les motocyclettes  dites ‘’Djakarta’’ battent le plein dans le district de Makabana au sud ouest du pays. Elles sont incontournables pour les populations de ce district qui se déplacent d’une localité à une autre.

 

Comme sur cette image capturée par un repoter fûté de SEVERIN NEWS sur la descente du pont du Niari, à quelques encablures de Makabana, les populations de ce district ne se fatiguent pas de monter sur les Djakarta. Malgré la surcharge, les conducteurs prennent le risque de transporter jusqu’à trois personnes, tel qu’on  peut le constater sur cette moto à vive allure.

 

A la suite de nombreux accidents enregistrés à Dolisie, la capitale départementale du Niari, les autorités avaient interdit l'utilisation de ces motos, très présentes dans la contrée (plus de 3.000, d'après un agent de la préfecture du Niari), comme taxis, ou comme moyen de transport en commun.


La même mesure a d'ailleurs été prise au niveau national. Si donc à Impfondo, dans la Likouala, les Djakarta sont utilisées clandestinement comme taxis, à Makabana, elles sont en circulation ouverte. C'est sous la barbe des autorités que les conducteurs de Djakarta planent avec leurs passagers. Pour aller de Matalila à Makabana, les Djakarta prennent 1000F CFA la personne, de même pour aller à Boudianga (Pk 106, sur la voie COMILOG).

 

Selon plusieurs témoins qui se sont exprimés a SEVERIN NEWS, ces Djakarta vont plus loin. Elles font le trajet Dolisie-Makabana. "Avec ces motos au moins on est sûr de voyager. Le danger est là, mais est-ce qu'on a le choix? A l'époque, on avait le train tous les jours, mais aujourd'hui nous sommes abandonnés à nous-mêmes. Laissez maintenant les Djakarta nous tuer, et les autorités viendront nous enterrer comme elles l'ont fait à Dolisie", affirme à SEVERIN NEWS, Dr Sillas, un habitant de Makabana.

 

"Ici à 106, les Djakarta nous aident à aller jusqu'à Dolisie. Les jeunes du village ont tout fait pour avoir ces motos, et de temps en temps, ils nous aident. On paye 2500 à 3000F C FA pour arriver à destination", témoigne Gilbert Nziengui, un dignitaire de 106.

 

Ces Djakarta font plus. Elles rallient les deux principales capitales du Niari : Dolisie-Mossendjo, transportant des passagers. D'autres encore font la route Mossendjo-Pointe-Nioire. Une très grande distance qui est étonnement consommée en une journée.

 

Mais, les machines étant ce qu'elles sont, les désagrements ne manquent pas. Il s'agit notamment des pannes sur la route. les crévaisons surtout. Et au bord des routes, on rencontre des passagers faitigués et affamés, en quête des fruits sauvages, attendant de repartir dès que le pneu est réparé. "Nous savons faire la route avec de la colle et une pompe. En cas de crévaison, on peut réparer et répartir, sinon c'est compliqué, puisque parfois entre deux localités, nous traversons une dizaine de kilomètres dans la forêt", souligne Ange, un conducteur de Djakarta à Miossendjo.

Arrivées au Congo dans les années 2005, elles n'étaient alors conduites que par les sujets ouest africains. Peu à peu, les Congolais en ont pris goût, tellement qu'elles vont vite, et aident à faire de petites courses, malgré les embouteillages. Depuis, les jeunes se ruent vers ces motos, qui tuent aujourd'hui sans compter. On a surnommé ces Djakartas par "Aide-moi à mourir", ou "Accompagne-moi au cimetière d'Etatolo". Mais, quoi q'on dise, ces motos, en dehors des follies des jeunes, intègrent complètement le transport au Congo!


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents