Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Doit-on faire du journalisme pour régler des comptes aux gens ?

Publié par Arsène SEVERIN sur 20 Mars 2010, 12:13pm

Catégories : #Droits Humains

Sévère réquisitoire contre les prédateurs de l'Internet genre Eric Mampouya


"Jamais, on peut penser faire du journalisme pour régler les comptes aux gens, leur cracher la haine. Manquer du respect à ses lecteurs, aux autorités et aux institutions tant nationales qu'internationales : ce n'est pas le but dont s'est Danger de mortassigné notre petit Blog, SEVERIN NEWS, dont le tout premier papier était "AC LEOPARD nargue les grands clubs", publié le 7 mai 2009. On se souvient encore comme si c'était hier. Et nous avons pris de l'envol... avec rien et sans rien!


En de journalistes professionnels, nous avons toujours vérifié nos informations avant de les publier, ou nous les publions en brut pour susciter la réaction de différents acteurs, et au finish pour qu'éclate la vérité, la substance nécessaire pour faire avancer la société congolaise, et les autres société du monde.

Oui, les autres sociétés du monde, car nous vous révélons par exemple que notre deuxième article le plus lu depuis février est le tremblement de terre en Haïti, et le troisième dans l'ordre est le Séisme en Ouganda, des grandes analyses pour attirer l'attention des décideurs et nous sommes persuadés que depuis la publication de nos deux articles, beaucoup de choses ont changé dans ces pays.

Mais voilà que depuis bien un moment, des Congolais de très mauvaise foi, basés à Brazzaville, à Pointe-Noire et installés en Europe, genre Eric Mampouya (on ne sait pas réellement ce que ce nom d'emprunt signifie) déforment tout ce que nous publions, décorant nos papiers à leur intérêt, comme si nous courrions les mêmes buts.

Nous ne sommes pas une publication de l'opposition. Nous ne sommes pas une publication du pouvoir. Nous ne sommes pas à la solde de qui que ce soit, militaire, policier ou civil : Nous sommes nous-mêmes, Congolais de pure souche : il faut que cela soit clair pour  tout le monde.

Les politiciens comme ceux de Congonews, Congoinfos et quoi d'autres encore comme paresseux ou bureaucrates... qui reprennent nos papiers pour les retourner contre les dirigeants de Brazzaville, comme si nous travaillons à leur solde, alors qu'on se connaît même pas, et comme si ces dirigeants étaient pour nous, de simples journalistes, nos ennemis. Le travail du journaliste ne peut viser des buts aussi mesquins : un journaliste est un moralisateur de la société, un modérateur, un visionnaire qui montre la voie à suivre, qui propose une solution quand il y a faute, qui met son expérience et son expertise au service des décideurs, puisqu'à priori, il  n'est lui-même pas un décideur.

Ce n'est pas un paria comme les Mampouya et leur bande, imbus certainement du sang de haine, de vengeance,... et se servent allégrement de SEVERIN NEWS, très crédible à Brazzaville et ailleurs (au regard des commentaires et des suggestions qui nous parviennent), pour manifester leur expression machiavélique. Ils auraient pu être au Congo en train de gérer, les Congolais connaîtraient assurement les mêmes souffrances et les mêmes injustices, dès lors qu'ils ne savent même pas eux-mêmes respecter le travail des autres.

Égoïstes et méchants, ils ne pensent qu'à eux-mêmes, et s'en foutent bien souvent des conséquences de leurs actes : brûler un pays, fuir très loin à l'étranger, laisser périr sa famille par sa faute, et larguer de loin les missiles, voilà ce qu'ils sont, ces Mampouya et autres, déjà pas capables de tenir debout sous leur propre nom.

C'est dommage que l'Internet en soit arrivé à permettre aux vautours de toutes espèces et de toutes races de dire lâchement ce qu'ils veulent sur le dos des vaillants combattants de la liberté et des droits de l'Homme. Il faut venir narguer les gens ici à Brazzaville, et non loin dans les caniveaux de Paris! Comme ça on saura, si vous les avez bien suspendues...

Profitant de leur séjour en France, ces cancres ne savent que siffler, huer et bouder sur tout. Pour eux rien ne marche. Mais, ils restent sur la soif de publier une information certaine, fouillée et crédible, parce que, leur rôle, c'est de tout détruire, oublier qu'avant eux, le Congo existait, et après eux le Congo existera toujours. C'est leur opinion, nous avons le devoir d'en faire échos, mais nous n'accepterons pas que des anonymes salissent le travail que nous faisons... Qu'ils aillent faire leur numéro ailleurs.

SEVERIN NEWS est avant tout un espace d'informations responsables, car liberté de presse rime avec responsabilité. Nous ne sommes pas des pyromanes, prêts à mettre le feu à tout moment et à n'importe quel endroit, tel que vous l'avez fait il y a dix ans ! C'est le rôle dévolu aux Mampouya et leur cynique clique...

La plupart d'articles que nous publions deviennent presque leur affaire, ils en font ce qu'ils veulent, les traduisent, les déforment, les manipulent, osant ainsi nous apprendre les cours de Journalisme. Alors que ce sont de pauvres gens, vivant grâce aux petits minables services rendus de nuit dans les morgues, les restaurants et les bars, où ils sont traités comme de vrais chiens. La journée, ils vivent, ils ont enfin le courage de regarder les autres hommes dans les yeux, et osent ainsi dire, à ceux qui, toute leur vie, n'ont choisi qu'à faire du journalisme (collecter, traiter et diffuser les informations) qu'eux aussi sont...

Habitués à faire les poubelles à Paris pour survivre, ils vont au fond des choses, tripatouillant des articles que nous avons publiés au tout début, les ramenant en surface, comme pour exciter qui que ce soit. Ces débiles méritent bien plus que ce qu'ils vivent comme situation loin de leur pays.

Arsène SEVERIN ? Mais regardez bien les grands reportages qu'ils publient partout, dans les grands sites responsables. On ne fait pas un jeu pour satisfaire quelqu'un, nous ne sommes pas formés à ce genre de choses !

Et votre fameux Mampouya qui use les fonds de ses culottes assis devant l'Internet pour faire de petits jeux politiques, qui est-il. N'attend-il pas que Sassou Nguesso l'appelle un jour pour sa part de gâteau pour qu'il descende vite vite à Brazza ? Mais, pourtant nous, nous avons choisi notre combat, il est noble et nous n'attendons rien. Si pour lui, ce Mampouya-là, le mal du Congo c'est Sassou Nguesso, pour nous, le mal du Congo, c'est tous ces gens-là de son espèce, qui colportent le mensonge à travers le monde, s'exprimant sous de faux noms (ce que nous ne faisons pas) critiquant à tout bout de champ et à visage couvert, alors qu'ils n'ont aucune trace physique de là où ils proviennent.

Nous sommes une équipe qui travaille comme journalistes responsables à tous les niveaux : dans chacun de nos papiers, nous privilégions toujours l'information. Ensuite il y a le commentaire, le tout dans notre propre style de moquerie et de rire. S'il n'y a pas de fait, il n'y a pas d'article, voilà notre philosophie. On écrira rien, même pendant une année.

Mais dites à Mampouya de créer un parti politique et de venir affronter les autres ici à Brazzaville sur les places publiques, car d'ailleurs aucun opposant n'a été fusillé en plein meeting, même ceux qui à la limite profèrent des injures à Sassou Nguesso. Nous les connaissons, ils sont là, vivants et militant toujours.

Nous publions à priori tout, absolument tout, pour le seul intérêt du peuple Congolais et pour que ses dirigeants de l'Opposition et du Pouvoir essaie d'améliorer leur action. On n'écrit pas pour faire plaisir aux gens comme les Mampouya.

Commenter cet article

achille 30/05/2010 08:11



J'ai lu avec beaucoup d'attention votre article sur Mampouya. C'est vraiment triste en vous lisant. du début jusqu'à la fin, la haine est bien visible. Et, je me demande si en tant que
journaliste comme vous osez le signifier, il faut rentrer dans cette sa salle besogne !


C'est vraiment très triste en vous lisant. C'est triste de constater que vous êtes tombés aussi bas avec cet article. La valeur d'un journaliste consiste aussi à prendre de la hauteur. "Les
chiens aboient, le caravane passe, dit-on souvent". Pourquoi repondre à la méchanté ? On ne peut le faire sans devenir méchant à son tour et du coup de tomber dans le piége. 


Je ne peux me rejouir de votre article, c'est triste de constater que vous avez autant consacrer tout ce temps que pour depouiller Mampouya. Je ne le connais pas. Mais, en vous lisant, cela
m'emmene à m'interroger sur cet homme dont vous tirez tant des missiles. Vous lui avez fait de la pub sans le savoir.


Votre article est triste !


 


 



Pierre 26/03/2010 10:28


Tenez bon! C'est ça l'Internet. je suis au moins convaincu d'une chose : ce que les gens mijotent contre toi dans les milieux politiques suite à tes articles te parviennent. Je sais que tu sais
aussi que il y en a qui te défendent, qui savent que tu n'es pas de mauvaise foi, d'autres évidemment, par mépris, quoi que parfois journalistes, trouvent-là une occasion pour te noyer auprès de
leur chef, mais garde la tête froide! Tu as été l'un des rares à avoir publié avant tous, le nouveau gouvernement du Congo (le tout dernier) lu par Firmin Ayessa, et pendant que tout le monde
disait que Sassou étéit mort en Espagne, tu es sorti avec un article sur le retour de Sassou Nguesso avec photos à la 'appui! Tu les avais eues où ces photos alors que tu n'étais pas, à cette heure
de la matinée (4h) à l'aéroport. Je suis un homme sérieux, je ne parle pas en l'air, continue ton travail, tu n'as pas le sang de la haine dans tes veines, on l'aurait déjà su il y a très
longtemps.


Boungou 26/03/2010 10:17


Franchement, je n'ai pas lu ce que Mampouya a écrit, mais je paris que ça devait être fort, en lisant votre réplique!


Akana 26/03/2010 10:11


J'ai toujours soupçonné un mauvais vent dans la ventilation de vos papiers par ce réseau. Je croyais que vous étiez ensemble. En réalité, ce n'est pas une mauvaise chose en soi, car ça permet de
vous lire en grand public. Vraiment s'il n'ajoute rien tel que vous le dites, je ne vois pas de mal C'est grâce à vous, je crois vous l'avoir déjà dit, que j'ai su l'affaire Nanda de la BDEAC et la
grève de la SARIS, et même la mort de notre doyen Mpassi Mouba. Vous avez été le premier à en parler. Ce n'est pas mal, vous comptez pour de millers de lecteurs d'actualité du Congo sur Internet,
mais bien évidemment, ne vous associez pas à ces gens qui font de l'Internet leur espace d'expression politique. C'est leur droit de faire comme ça, mais ne vous associez pas avec eux : vous avez
un avenir (je vous image très jeune), vous avez une carrière (je vous suis sur la Radio des Nations Unies, et je lis vos reportages sur IPS News, surtout quand ils sont repris en anglais). Ne les
suivez pas du tout


Maschott 24/03/2010 09:44


Ho, monsieur, mais vous avez été trop sévère avec gars! C'était si méchant que ça ? Le pouvoir de Brazza s'est abattu sur vous, ou bien vous avez peur de continuer maintenant ? Nous avons besoin de
ces informations, vous faites du très bon travail fouillé et illustré, et vous devrez continuer. Il n'y a pas que ceux qui sont en Europe qui vous lisent, même ceux de Brazza, de Ponton, de Dol et
Nkayi vous lisent beaucoup, je l'ai constaté. Allez, bon courage! Y a rien, c'est l'homme qui a peur!


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents