Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

7307672-une-journaliste-francaise-assassinee-en-centrafriquDes voyous centrafricains fumeurs de chanvre et buveurs infatigables de « Boganda » ont assassiné sans réfléchir une photojournaliste française Camille Lepage, une petite de 26 ans. Après avoir récemment massacré trois journalistes centrafricains, les bandits armés de la pire espèce, semble-t-il libérateurs de la RCA, dans la merde jusqu’au cou, n’ont pas hésité de loger les balles de leurs kalachnikovs dans la peau de la jeune photojournaliste. Barabares, ils le sont et le resteront, ces guerriers centrafricains, à en croire comment ils tuent, dépècent et mangent leurs propres compatriotes.

En tournant ainsi leurs canon contre les membres des médias qui pourtant travaillent à alerter le monde entier sur les événements tragiques que connaît la RCA, ces voyous n’ont trouvé les manières de dire merci que liquider notre consoeur.

"La dépouille mortelle de Madame Lepage a été trouvée lors d'une patrouille de la force Sangaris, à l'occasion d'un contrôle effectué sur un véhicule conduit par des éléments anti-balaka, dans la région de Bouar" (Ouest), précise le communiqué publié le 13 mai par la présidence française.

Sur son site personnel, Camille Lepage présente son travail de photojournaliste. En 2012, elle était partie au Sud-Soudan pour "exercer sa passion". Depuis le début du mois de mai 2014, elle partageait son travail sur Twitter. 

 

Le président Hollande "a demandé l'envoi immédiat sur le site du drame d'une équipe française et de la police de la force africaine déployée en RCA". Il a assuré l'assassinat de la journaliste française ne resterait pas "impuni" et que "tous les moyens nécessaires seront mis en oeuvre pour faire la lumière sur les circonstances de cet assassinat et pour retrouver les meurtriers de notre compatriote".

Selon lui, la jeune photojournaliste est "sans doute tombée dans un guet-apens". Le président a adressé ses plus sincères condoléances aux proches de la victime.

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a, de son côté, fait part de sa "très vive émotion" à l'annonce de ce décès. "Il ne saurait y avoir d'impunité pour ceux qui, à travers les journalistes, s'en prennent à la liberté fondamentale d'informer et d'être informé", a-t-il fait savoir depuis les Etats-Unis.

La ministre française de la Culture, Aurélie Filippetti, qui a appris "avec effroi cet assassinat", a elle souhaité que "les auteurs de cet acte odieux soient retrouvés et jugés".

"Mort odieuse"

L'ONG de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF) s'est dite mardi "profondément choquée" par la mort de la photographe française Camille Lepage, tuée en Centrafrique, soulignant que les menaces "se sont multipliées" contre les journalistes dans ce pays.

"Nous sommes profondément choqués de cette tragique disparition d'une jeune journaliste qui faisait preuve d'un extraordinaire courage dans son travail quotidien", a déclaré le secrétaire général de Reporters sans frontières Christophe Deloire, cité dans un communiqué.

Sa mort odieuse montre à quel point les journalistes sont exposés au danger dans leur recherche de l'information, en République centrafricaine comme sur d'autres terrains de conflit", a-t-il ajouté.

 

Tag(s) : #Droits Humains
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :