Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Corruption, pas une affaire de discours, mais de pratique !!!

Publié par Arsène SEVERIN sur 6 Novembre 2009, 10:48am

Catégories : #Economie

Le grand bruit fait autour de cette affaire dénote du manque de sérieux dans la lutte contre la corruption, la concussion et la fraude. Il ne s'agit pas de faire de grands discours, il s'agit de commencer par arrêter tous les grands voleurs de la République qui se baladent aisément dans le pays, les poches pleines avec l'argent public. A quoi peut donc servir une si grande cérémonie, adoubée de grands discours ovationnés, si on ne va pas déjà à l'essentiel ?

Jeudi, Brazzaville était encore tétanisée par une grande réunion au palais du parlais pour lancer le plan national de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude. Dans un discours pompeux, comme on en est habitué dans ce pays, le ministre d'Etat, garde de sceaux et ministre de la justice, maître Aimé Emmanuel Yoka (notre photo), a annoncé la mise en place des mesures sévères pour traquer et punir tous ceux qui vivent et transmettent ces pratiques.

"Chacun ici doit être convaincu qu'au Congo, la corruption n'est ni accpetée, ni tolérée", a-t-il dit à une foule de gens venus au palais du parlement, nombreux pour manger et boire, et attendre l'argent du peuple pour les primes de déplacement. Peu-t-on croire à de telles pompeuses déclarations ?

Le peuple veut voir, de quoi est capable son gouvernement. Le serpent n'est pas loin, il est juste dans les pieds des autorités, dit la sagesse de chez nous. Commençons par déclarer les biens acquis de notre propre sueur, et on verra ce qui va rester, ce que nous avons pris de droit et de force au peuple. C'est ça qu'il faut faire.

Corruption! corruption! oui, mais... Le Congo ne fait pratiquement rien en matière de lutte contre la fraude, car même les élections sont devenues le lieu par excellence où les compatriotes trichent contre les compatriotes. Celui qui échoue est proclamé vainqueur, et celui qui n'a pas de salaire est proclamé le plus riche. Où va ce pays de Marien Ngouabi ?

Des grandes banderoles dans les artères de Brazzaville pour faire voir aux diplomates étrangers (dont les pays nous donnent l'argent) que le Congo est résolumment tourné vers la lutte pour la transparence. Qui peut croire à ça ? En tout cas, pas même le plus malheureux des paysans, car tous savent dans ce pays que Fulbert Youlou, le président de la république (1960-1963) n'a jamais volé comme on l'a fait chanter. Mais que les grands voleurs sont là parmi nous, buvant, mangeant et narguant les pauvres et les indigents.

Tout est érrigé au Congo en système de corruption. Connaîtrons-nous un jour dans ce pays le nombre des gens qui ont acheté leur emploi à la Fonction publique ? Saurons-nous un jour le nombre de faux diplômes, payés avec de l'argent frais, qui circulent dans nos administrations ? Est-ce qu'on peut savoir les vrais licenciés des écoles de Journalisme qui ont prioritairement le droit d'exercer cette profession ? Tout est dans la fraude malheureusement! Aucune reconnaissance pour les mérités, et honneur à tous ceux qui parviennent par des moyens et chemins plus ou moins obscurs.

Il fallait demarrer par interpeller tous ceux dont les biens sont suspects pour rassurer le peuple. Commencer par contacter tous ces gars, derrière les ordinateurs des bureaux pour insérer des noms bizarres dans les listes officielles, pour convaincre le peuple de la bonne foi des autorités à lutter véritablement contre la corruption.

Qui sont les corrupteurs ? Ceux qui ont l'argent ! Qui sont les corrompus ? Ceux qui ont l'argent ! Décidément, l'argent ne va qu'aux riches. Ceux qui en ont ne pensent qu'à en avoir davantage, quelle que soit la manière.

Les Congolais de la ville et du village (pour ne pas parler des rats de la ville et du village) connaissent où sont les fiefs de la corruption et de la concussion au Congo : le port de Pointe-Noire en est un exemple patant. Et le président de la république, Denis Sassou Nguesso le sait très. En effet, lors d'une de ses nombreuses visites à Pointe-Noire, on lui avait exhibé des liasse d'argent, arrêté dans le circuit de la corruption. Jusqu'aujourd'hui, rien n'a été fait comme mesure.

Au cours d'une de ses nombreuses visites sur des chantiers de construction à Brazzaville, la "Batisseur infatigable" arrive à la CNSS de Texaco Tsiémé où il trouve un entrepreneur qui dormait sur les travaux après avoir pris presque tout l'argent du projet. Le président l'indexe : "Si je reviens ici et que les travaux ne sont pas avancés, je te mettrais en prison"! Le gar n'a répondu que par un large sourrir.

Les Congolais savent en fait que la passation des marchés est un exercice difficile. Dès la signature du marché, il faut laisser entre 10 et 30%. Au moment du décaissement des fonds du projet, il faut encore nourrire des gars au trésor public. Sinon, pourquoi alors certaines entreprises de construction de route restent sur des projets qu'elles n'arrivent pas exécuter ? Ba kondzi ba si baliaki lar!!!

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents