Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Brazzavillois, Ponténegrins et autres impatients de voir circuler les "nouveaux trains" promis par Sassou Nguesso !

Publié par Arsène SEVERIN sur 24 Août 2011, 13:19pm

Catégories : #Societé- Développement

Tain xpDans son message sur l'état de la Nation prononcé le 12 août 2011 devant le parlement réuni en congrès à Brazzaville, le président Denis Sassou Nguesso a annoncé l'acquisition prochaine d'un nouvel équipement pour le Chemin de fer Congo océan (CFCO). Parmi cet équipement, de "nouveaux trains voyageurs modernes". Une action qui va soulager des milliers de voyageurs qui triment à chaque départ du train à la gare de Brazzaville ou de Pointe-Noire. 

Alors que cette annonce faisait encore de l'effet dans la masse populaire, neuf nouvelles voitures voyageurs venues droit de la Corée du nord, encore emballées dans les bandes en plastic, sont débarquées au port de Pointe-Noire. Et là encore, ce n'est qu'une partie de 21 voitures voyageurs modernes avec climatisation, Internet, couchettes et restaurant-bar, impatiemment attendues au CFCO, souligne la direction du chemin de fer. 

Le fameux train s'appellera "Prestige". Donc, rien à avoir avec les porcheries (voir deuxième photo) que nous avons ici. De Couleur bleue-ciel, ces voitures vont permettre au CFCO de constituer un nouveau train sur la ligne Pointe-Noire- Brazzaville où des milliers de passagers ploient un jour sur trois sur de pires conditions de voyage, entassés comme des déportés, mieux des esclaves!  Intérieur des trains congolais d

L'annonce du chef de l'Etat a été accueillie avec empressement par des usagers des trains du CFCO qui espèrent être bientôt au bout de leurs nombreuses peines. Après avoir réhabilité des ouvrages d'affranchissement du chemin de fer au sortir des guerres civiles, le gouvernement s'était lancé dans une politique de réhabilitation de la voix elle-même, vieille déjà de l'époque coloniale. 

Dans le Mayombe, d'importants travaux ont été réalisés sur la voix du réalignement, tronçon situé entre Bilinga et Dolisie. Dans le Pool, entre Kielle Tenard et Goma Tsé-Tsé, les innondations de Djoué à la hauteur de "Munua Ngandou" ont été vaincues grâce à d'importants travaux de réalignement de cette voix réalisés par la société ASTALDI. Et actuellement sur le tronçon Missafou-Massembo Loubaki dans le Pool, les travaux d'assainissement et de réhabilitation de la voix se poursuivent dans le cadre de la logique routine. 

D'après des sources bien informées, la gare de Massembo Loubaki, fermée depuis la dernière guerre entre les Ninjas et les forces gouvernementales, va bientôt rouvrir. Un tout premier bâtiment abritant les bureaux est construit, alors que d'autre vont sortir des terres sous peu. "D'ici décembre, Massembo Loubaki aura son chef de gare, et tout va recommencer", a confié, dans le secret le plus indiscret, un ingénieur des Ponts et Chaussées à SEVERIN NEWS.

Mais le trafic des voyageurs demeure, depuis près de deux décennies, l'arête dans la gorge du CFCO. Transportés à ciel ouvert comme du bétail, et à la merci des hommes en uniforme dans les wagons de 21m lourdement armés, entre 1997 et 2001, les usagers du CFCO ont pu voir s'améliorer leurs conditions de voyage avec la relance du train Express quelques mois plus tard.

Avec les trains Air Pool et Océan, ces conditions s'étaient développées en mieux avec un départ de train par jour à la gare de Brazzaville. Mais, les tracasseries des ex-miliciens ninjas qui convoyaient les trains entre Goma Tsé-Tsé et Kimbedi dans le Pool, ne rendaient guère joyeux ces voyages. Et la catastrophe ferroviaire de Yanga en 2010 a annihilé les efforts du CFCO, rendant plus dures et inhumaines ces conditions décriées par tous les voyageurs.

Le train Océan étant définitivement supprimé faute de voitures voyageurs, un seul mouvement de train est possible tous les trois jours entre Brazzaville et Pointe-Noire, selon une mesure du CFCO publié en juin 2011. Un programme insupportable en cette période de vacances scolaires. De nombreuses personnes ont ainsi repris à s'agripper sur des trains marchandises comme de passagers clandestins. Entre deux wagons, on peut encore trouver des femmes avec des enfants, ou des personnes de troisième âge, voyageant comme en allant droit à la morgue. Des conditions qui élident ipso facto la joie de voyager, tel que décrite par le Classique français Montaigne dans ses Essais.

L'annonce du gouvernement sur les nouveaux trains voyageurs n'est pas nouvelle. En 2010, les autorités avaient déjà promis un nouveau train qui partirait à "portes fermées" entre Brazzaville et Pointe-Noire, et 20.000F CFA de coût de billet à payer. Mais, ce train n'est jamais arrivé, et les souffrances des voyageurs s'amplifient.

En début août 2011, trois femmes se sont évanouies à la gare de Brazzaville pour étouffement et promiscuité. Pire, une autre femme s'est fait tuer à la gare centrale de Brazzaville, écrasée par le train Air Pool, alors qu'elle tentait d'occuper la place bien avant tout le monde.

Avec l'aide des policiers commis à l'ordre à la gare de Brazzaville, certains voyageurs s'infiltrent au quai, moyennant 500 ou 1000F CFA. Ils sont ainsi parqués, voire empaquetés comme du bétail, des vrais cabris, dans le commissariat de la gare, dans les bureaux des cheminots ou dans les anciens dépôts du CFCO. Avant que le train ne revienne sur le quai, ces voyageurs "clandestins" montent déjà dans le train et peuvent s'asseoir tranquillement avant les autres.Image-gare-Dolisie-CFCO.jpg

Avec 886Km de voie ferrée dont 515Km entre Pointe-Noire et Brazzaville, 285Km entre Mont Belo et Mbinda et 91Km entre Bilinga et Dolisie, le Congo n'offre malheureusement pas un service de qualité dans le transport ferroviaire des voyageurs. Ainsi, les trains voyageurs, toujours bondés de monde, mettent entre 20 et 24h pour rallier les deux principales villes. La vitesse moyenne de ces train est, d'après les cheminots, de 27Km/h.

Sur l'axe COMILOG (Compagnie minière de l'Ogoué-Gabon) située entre Mont-Belo et Mbinda, les usagers du CFCO sont transportés comme des prisonniers, les uns sur les autres, les femmes contre les hommes. Les 285 Km de ce trajet sont parcourus en deux voire trois jours.Les conducteurs ne sont pas pressés, et les tracasseries techniques du CFCO n'ajoutent que pleinement la merde dans l'esprit des usagers. Les passagers s'embarquent dans ce train dit "Mbinda", toujours avec des provisions alimentaires, comme lors des voyages sur le bateau. Le voyage par train sur la voix COMILOG est aujourd'hui très loin de ceux qu'on a connus dans les années 80: un train chaque jour, et avec Mont Belo comme grand carrefour.

La ferme promesse du chef de l'Etat en présence des représentants du peuple constitue un réel motif d'espoir pour mettre définitivement fin à cette façon animalière de voyager au Congo. La quasi fin des travaux de construction de la route Pointe-Noire- Dolisie attire le plus de voyageurs que par train. Avec 7.000F CFA, les Congolais ne font plus d'économie pour prendre un bus, tant qu'ils gagnent en temps, car les véhicules relient les deux villes en trois heures. Le train qui quitte Pointe-Noire à 11h00 n'arrive à Dolisie que tard à 17h.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents