Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un président malade au Niegria, ce ne sont pas des prières à Dieu et aux encentres qu'il faut premièrement attendre! Le malade doit se soigner et laisser les sains et les guéris diriger le pays ! C'est le triste sort réservé au président démocratiquement et incontestablement élu du Nigeria, Umaru Yar'Adua, malade depuis novembre 2009 et hospitalisé dans une clinique chique en Arabie Saoudite. Le président nigerian a en effet été éjecté du fauteuil, et vite remplacé par son vice-président, lui aussi membre du PDP, et la vie continue. Qui va à la chasse, perd sa place !

Le président Yar'Adua a beau être malade, mais les populations n'ont plus voulu de lui. Après son départ, en cachette, en Arabie Saoudite pour se faire soigner, les services qui mangent et boivent à la présidence de la république, avaient tout fait pour que les Nigerians, en proie à de nombreuses difficultés, notamment la répartition des ressources nationales (le pétrole surtout) ne soient pas au courant de la maladie du Premier. Le temps a fait son oeuvre, Yar'Adua dont on avait savemment caché la maladie ne gurérit pas aussi. Il estre cloué au lit de l'hôpital, sans plus redonner espoir à ces gars, qu'il allait se remettre sur ses deux.

Merde ! Et que faire dans ces conditions? Les proches du pouvoir savaient que la démocratie fonctionne un peu bien au Nigeria avec les gens comme les Wole Soyika, le Prix Nobel de la littérature. Et c'est ce qui arriva! Tout le monde commençait à réclamer la tête du président. On n'a pas besoin d'un gars malade ! Il nous faut un chef bien en point, fort, dynamique, vigoureux et virile en plus.

Mais, les Nigerians, pour une fois, n'ont pas pris les armes pour destituer ou protéger leur président, selon les camps. Ils ont lu et relu la constitution de leur pays, comme au Congo en 1992 avec l'article 75. Mais, dans le cas du Congo, c'était toujours lu gauchement selon les intérêts. Alors, la Cour constitutionnelle du Nigeria, qui n'est pas aux ordres comme on le voit dans plusieurs pays africains, a estimé que le boss devrait partir, il traîne trop à l'hôptal.

Les Sénateurs n'ont pas hésité n'emboîter le pas à cette décision, bien que le président Yar'Adua soit lui-même Sénateur, et ait la majorité dans cette chambre. Mais c'est la démocratie !

Et lors que le gouvernement qui résistait a compris que le président ne reviendra pas rapidement, a lâché du leste, Yar'Adua a été tout de suite classé dans les archives de l'histoire du Nigeria, créant ainsi la jurisprudence dans son pays. Quand un président élu tombe ibndéfiniment malade, on le destitue. Et s'il y en a qui cache sa maladie et qu'on le découvre ? Ha, ça, les Nigerians ne l'ont pas vécu ! On ne peut pas encore répondre à cette question, prenez patience chers lecteurs !

L'Afrique change ! Vraiment, je vous le dis. En 1996, lorsque le président Joseph Mobutu, opéré du cancer de la postate en France rentre à Kinshasa, tout le monde est allé lui rendre visite, même les opposants les plus irréductibles comme Etienne Tshisekedi Wa Mulumba. Mgr Laurent Mosengwo, président de la conférnece nationale a organisé une série de prières pourque le vieux Nkoyi vive.

Bon, on essaie pas s'il retournait les prières, car, fin de fin (comme on dit à Brazzaville), le gars est mort, loin de son pays, au Maroc. Il serait même mort sur un bateau (Utenika) à Pointe-Noire, lorsque le professeur Pascal Lissouba et le vieux Madiba jouaient aux sapeurs pompiers (peut-êttre même aux clowns, qui sait?), alors que Laurent Désiré Kabila avait déjà mis à feu une bonne partie du Zaïre. Et l'histoire a fait que les deux se retrouvent sous la terre(en enfer ou au paradis),  on se demende bien ce qu'ils se disent tous les deux à propos de la RDC/Zaïre qu'ils ont tant aimée, jusqu'à en mourir!


On se souviendra aussi qu'au Togo, le président Etienne Gnassibge Eyadema tombe gravement malade, et file en Egypte, les opposants font des prières pour le soutenir. C'est vrai qu'ici, à la différence de la RDC (où on prie jour et nuit, oubliant même l'essentiel), les irréductibles, eux, s'en foutaient. Il fallait que le gars meurent pourqu'ils prennent le pouvoir. Et pourtant quand il est justement mort, qui s'en est approché ? Le jeune Faure n'a pas, comme un bon militaire, pris les choses en main ? Et qui ne dit pas qu'il va gagner ses élections d'ici-là ?


Tag(s) : #International
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :