Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Sassou Nguesso assigne ses ministres à résidence pour 100 jours

Publié par Arsène SEVERIN sur 8 Octobre 2009, 09:42am

Catégories : #Politique

Jusqu’à la fin de l’année 2009, plus un seul ministre du tout premier gouvernement du deuxième et dernier septennat du président Congolais, Denis Sassou Nguesso ne sortira  du pays, à la suite d'une mesure prise depuis le 6 octobre dernier, pour des missions fallacieuses et inutilement onéreuses. Les 37 ministres ont ainsi 100 jours pour convaincre leur chef (le gouvernement n’est responsable que devant lui d’après la Constitution), et être ensuite appréciés !

Cent jours à demeure ! Pas de missions bizarres pour se faire les sous. Le président de la république a signé un décret interdisant ses collaborateurs de se balader ou de vagabonder à travers le monde avec l’argent public, pour des séminaires, des conférences, des foras, des visites touristiques, des promenades de santé, qui en réalité, ne donnent rien au pays.

Il y a quelque temps déjà, des Congolais s’interrogeaient longuement sur des sorties incessantes de leur président à l’étranger. « Ne reste-t-il donc pas à la maison pour travailler, plutôt que de se balader de sommet en sommet ? » se demandent des Brazzavillois, dans l’anonymat des quartiers populaires.

Certainement, après avoir écouté tout ça, et surtout sa « voix intérieure », Sassou Nguesso qui a lancé un grand défi aux Congolais en août dernier, comptant changer les mentalités des autorités, a imprimé le rythme aux membres du gouvernement. Ils ont 100 jours pour montrer de quoi ils sont capables, au lieu de se taper le luxe de rester dans les airs, profitant de leur rang de ministre  pour sillonner le monde entier.

Mais que peut gagner le pays si cette mesure était bien exécutée ? Sassou Nguesso n’a pas dit dans son décret, ce qu’il visait exactement en retenant ses ministres au pays. Mais, on croit savoir que le président ne veut pas donner, dès le début, l’impression aux Congolais qu’il se démentait de tout ce qu’il leur avait dit, il y a encore deux mois, lors de son investiture devant un parterre historique des chefs d'Etat africains.

Les Congolais savent (ou imaginent, car il y a un grand fossé entre le président et les populations ; ils se voient très rarement, et le chef communique très peu sur les médias locaux) que leur chef ne sanctionne pas des collaborateurs irresponsables. C’est plutôt la culture de l’impunité et le laisser-aller. Chacun, détenant une parcelle de pouvoir, fait ce qu’il veut !

Nombreux de ces ministres ont de la famille en France ou l'étranger, et ils y vont quasiment tout le temps, laissant, sans s'inquiéter, des piles de dossiers sur leur bureau. D'autres, souvent malades, sont entre les somptueux hôpitaux parisiens (les mouroirs locaux sont réservés au peuple) et leurs bureaux climatisés des ministères. A la fin, c'est toujours des résultats mitigés, qu'on force d'être positifs. C'est pourquoi d'ailleurs, de nombreux chantres de la mouvance présidentielle, surtout dans la presse, sont devenus daltoniens, ne voyant plus que du rouge à la place du vert, du noir à la place du blanc.

Peut-être aussi on veut faire comme au Congo d'en face (RDC), où le président Joseph Kabila Kabange, a mainte fois refusé de voyager à cause d'argent. Et des ministres de ce pays voisin aussi ne sortent pas pour aller jouer du "Nguakatur" à l'étranger. Quand ils ne peuvent pas convaincre sur l'importance de leur voyage, ils n'y iront pas. Mais, difficile de dire que les Brazzavillois copient ce que font les Kinois, vu leur orgueil de tout savoir!!!

Peut-on voir dans cette mesure d'"assignation", la poigne enfin souhaitée de Sassou Nguesso sur ses collaborateurs ? Seul l'avenir nous le dira. Et puis, rester à demeure ne veut pas dire qu'ils ne feront plus rien, attendant religieusement la fin des 100 jours, bien au contraire, les ministres ont là l'occasion de visiter les fins fonds du Congo, les coins et les recoins.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents