Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Hé, Gabonais, qui passe chez vous ?

Publié par Arsène SEVERIN sur 31 Août 2009, 09:30am

Catégories : #International

Le vote du président de la république a bel et bien eu lieu au Gabon ce dimanche, malgré le retard. Déterminés à trouver un successeur au feu président Omar Bongo Ondimba, les Gabonais se sont massivement rendus aux urnes, alors que les bureaux de vote n’ont pu ouvrir à temps. A Brazzaville par exemple, le vote n'a commencé que vers midi.

Les Gabonais de Brazzaville et de Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC) ont voté ensemble au Congo. Ils étaient quelque 150 votants. Près de la moitié à Pointe-Noire, la capitale économique plongée dans le noir depuis le week-end dernier.


Quand les gens veulent voter, on fait retarder le scrutin. Quand ils ne veulent pas se déplacer, on bourre les urnes dans les bureaux ouverts bien à temps. Ha, le monde est compliqué!


Pour l’instant aucun résultat, le gouvernement qui se targuait de les publier avant ce lundi soir, s'en dit maintenant "ne pas être en mesure". Et comme la nature a horreur du vide (déjà quand c'est laissé par la mort d'un président), trois principaux candidats se disent être choisis par les Gabonais : Ali Ben Bongo, à qui on attribue toutes les fraudes constatées ce dimanche, André Mba Obame qui affirme être en tête dans la province de l'Estuaire, contenant 40% des électeurs, et Pierre Maboundou, le terrible opposant de tous les temps au Gabon.


Mais la fraude est sur les lèvres de tous le Gabonais : multiplication des cartes d’électeur, encre non fiable, vote des étrangers et d’autres faits encore. On sait aussi que depuis dimanche soir, la  chaîne de télévision, TV Plus, du candidat de l’opposant Mba Obame a été fermée par le pouvoir. Ils ont été prévenus, de toute façon,  que seuls les médias d’Etat auront la primauté des résultats…


Cette élection présidentielle représente un réel espoir pour de nombreux Gabonais qui estiment que beaucoup de choses ne seront plus comme avant. Nombreux veulent de donner une seconde chance à la famille Bongo dont le père a dirigé sans partage le pays pendant plus de 40 ans, laissant dernière lui un peuple pauvre et misérable. Mais, estiment, certains Gabonais, mieux vaut la faim que la guerre. Et seule la famille Bongo, dont le fils Ben Ali est donné favori à cette élection pourra faire la continuation.


Les opposants à ce régime qui veut instaurer la monarchie pensent plutôt que la famille Bongo a fait son temps : « Tout sauf Bongo », ont-ils crié durant leur campagne électorale. Pour les Gabonais, le pouvoir est résolument au bout des urnes. Et ils ont été nombreux à glisser le bulletin dans l’urne, où justement se trouve le vrai pouvoir. Habitués à des votes irréalistes, terminant par la réélection du président Bongo avec des scores staliniens, les Gabonais se sont amassés devant les bureaux de vote pour glisser le bulletin dans l’urne.


Rien à dire, ils ont été très nombreux à voter ce dimanche. Il ne servira à rien ici de traficoter le taux de participation (non encore connue) dans la mesure où les grands observateurs, les journalistes, ont démontré qu’il y avait plein de gens devant les bureaux de vote. D’autres, plus surexcités à cause du retard dans l’ouverture des bureaux, ont "chiffonné" le personnel électoral, mais sans devoir quitter les lieux, alors que dans les dernièrs instants du vote, la pluie s'est mêlée à l'historique rendez-vous. Il fallait glisser dans l’urne, et non rester à la maison pour qu’on leur fasse des résultats, du tout cuit, du prêt à manger comme sous d’autres cieux où ça se calcule dans les chambres et  dans les officines bizarres. Bon, mais ce sont toutes des élections, non ?

Qui passe au Gabon ? Moi, dit Bongo; moi, répond Mamboundou; moi, réagit Mba Obame. Ok, mais on verra qui a été choisi par le peuple... Patience!


 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents