Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Un discours "canon" à sa prestation de serment !

Publié par Arsène SEVERIN sur 16 Août 2009, 00:21am

Catégories : #Politique

Le président réélu de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, a été ce vendredi investi pour son deuxième mandat consécutif en présence de plusieurs chefs d’Etat africains et de quelques personnalités du monde.

 

C’était au cours d’une audience solennelle extraordinaire de la  Cour constitutionnelle, dirigée par son président Gérard Bitsindou. Malgré que le mandat de ses membres n’a pas été reconduit, l’événement a eu lieu en toute légalité. Le président de la cour envoie, Ontonin Mokoko, le secrétaire général, chercher l’impétrant, caché ou laissé dans un couloir. C’est sous un toneres d’applaudissements que Sassou Nguesso, de noir vêtu, l’écharpe rouge bordeau en diagonal.

 

Il prête ainsi serment : « Devant le peuple congolais, moi, Denis Sassou Nguesso, président de la république, je jure solennellement de respecter et de défense la constitution et la forme républcaine de l’Etat, de remplir loyalement mes hautes fonctions que le peuple souverain m’a confiées, de garantir les drioits fondamentaux de la personne humaine ».

 

Tel dans un théâtre où chacun joue son rôle, Bitsindou retorque : « La cour constitutionnelle prend acte de votre prestation de serment et vous  déclare installé dans vos fonctions de chef de l’Etat ».

 

En levant sa main droite et après avoir prononcé cette formule rituelle, 21 coups de canon ont été tirés par l’armée pour témoigner de la solennité de cette cérémonie, sans compter que nous en avons eu pour nos oreilles.

A vrai dire, il n’y a pas eu de nouvelles choses dans cette prestation de serment. Le chef de l’Etat a encore promis de respecter et de faire respecter la Constitution du 20 janvier 2009. Mais, le plus important, ce n’est pas ça, car le peuple est habitué à ces déclarations solennelles, mais combien utopiques dans l’application. On a tous suivi durant le premier septennat de Sassou Nguesso, combien cette loi fondamentale a été foulée aux pieds plusieurs fois.

 

Retenons plutôt ce que le président réélu a prévu de faire dans l’immédiat, suite à la situation de misère que traverse le peuple congolais. Dans son message, effet, le président Sassou Nguesso a indiqué qu’il fera

 

S’adressant aux populations qui l’ont élu à plus de 78%, Sassou Nguesso a dit: « Vous avez pris vos responsabilités, et c’est à moi de prendre les miennes », en rappelant d’avoir relancé l’économie nationale et la démocratie.

 

Sur l’emploi des jeunes, une question qui revient tout les temps dans le pays, le nouveau président a dit que cela constituait les principaux enjeux de septennat qui arrive, «  en réponse de vos demandes ».

 

« A la, pauvreté, j’entends proposer la modernisation et l’industrialisation du Congo », a-t-il ajouté, appelant la lutte contre l’injustice sociale, le favoritisme et l’incivisme. Ce que SEVERIN NEWS a toujours préconisé, contre tous les malabars en quête de perdiems et autres primes de tête, en bricolant à longueur de journée des fiches bidon et misérables.

Le président réélu veut mettre fin aux délices de la magouille, appelant aux Congolais à adhérer à la religion du travail bien fait. « Le peuple ne veut et ne doit pas être conduit sur le chemin d’avenir par des dirigeants sans scrupules et sans vertu. De même, le peuple ne veut plus être conduit par des gens qui ne donnent pas le meilleur d’eux-mêmes pour le servir . je veillerai donc avec ferme rigueur afin que les personne que je nommerais aux différentes fonctions soient capables de faire respecter l’autorité de l’Etat. Tout manquement, toutes faiblesse m’amèneront à tirer les conséquences ».

 

Des milliers de personnes ont été mobilisées pour assister à cette cérémonie. A Brazzaville, les habitudes n’ont pas changé depuis les dernières élections, des bus ont été mis à la disposition des populations et des tee-shirts à l’effigie du président Sassou Nguesso ont été distribués. Tôt ce matin, des mégaphones ont sillonné dans les quartiers populaires, appelant les populations à s’amasser autour du boulevard Alfred Raoul pour saluer le président nouvellement investi.

 

Des partis et associations politiques se sont pleinement investis pour mobiliser leurs militants, tel qu’ils avaient déjà réussi à le faire pendant la campagne électorale. De toute façon, l’argent règle tout : marinière plus 2.000F CFA et vous avez tout le public à vous ! C’est comme ça que ça marche.

 

Aux premières loges de cette assistance, six chefs  d’Etat africains sur la trentaine invités ont pu faire le déplacement de Brazzaville. Il s’agit du Béninois Thomas Yayi Boni, le Burkinabé Blaise Compaoré, le Malien Amani Toumani Touré, le Centrafricain François Bozize Yangovoda, le Cap verdien Pedro Pires, l’Equato-guinéen Téodoro Obiang Nguema, le Burundais Pierre Nkuruziza, le Namibien Ifikiwe Puwomba, Faure Gnassigbe, Joseph Kabila Kabange, de la RDC, José Eduardo Dos Santos de l’Angola (qu’on n’a plus vu à Brazzaville depuis bien longtemps, depuis le retour des troupes angolaises qui étaient venus faire la guerre dans le pays), Idris Déby du Tchad et celui de Sao Tomé et Principes, Frédic de Menezes, venant chacun à son heure, jusqu’à tard dans la nuit.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents