Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Sassou va amnistier Lissouba !

Publié par Arsène SEVERIN sur 15 Août 2009, 18:30pm

Catégories : #Politique

C'est la cerise sur le gateau de la prestation de serment vendredi du président Denis Sassou Nguesso. « Pour des raisons humanitaires, je chargerais le parlement à voter une loi pour amnistier le président Pascal Lissouba », a déclaré le président Sassou Nguesso lors de la cérémonie de sa prestation de serment à Brazzaville, la capitale congolaise.

 

Chassé du pouvoir en octobre 1997 par son prédécesseur qui le grâcie aujourd'hui, à l’issue d’une guerre civile sanglante, le président Lissouba avait pris le chemin d’exil, juste après, en passant part le Gabon, avant de rallier Paris en France.

 

Elu avec éclat et transparence en 1992, comme on n’en connaîtra certainement plus jamais dans ce pays, Lissouba a dirigé le Congo jusqu'en 1997. L’homme a fait face à une opposition de fer composée de l’actuel chef de l’Etat, Sassou Nguesso, Bernard Kolelas, Jean-Pierre Thyster Tchicaya (paix à son âme). L’homme a parfois été obligé de partager son pouvoir, tant dans le gouvernement de 60-40 ou à l’Assemblée nationale (André Milongo).

 

Après sa fuite à l’étranger, Lissouba n’a jamais daigné reconnaître, jusqu’à une période où l’homme a presque perdu sa raison, les nouvelles autorités de Brazzaville. Il a longtemps vécu à Londres en Angleterre, s’opposant catégoriquement à la logique de la France le poussant à reconnaître son tombeur.

 

Mais, suite à la maladie qui le ronge actuellement, le président Lissouba ne suit quasiment plus rien de la politique nationale congolaise. Son parti, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), éclaté en de petits clans d’amis et de parents, ne représente plus cette force électorale du début des années 90. C’est plus, aujourd’hui, un motif pour de nombreux cadres de manger et de boire, que de conduire véritablement les aspirations d'une partie de la population.

 

Face à tout cela, Lissouba n’est pas capable de tapper le poing sur la table. Au contraire, il délire de temps en temps, et s'échappe souvent dans les rues de Paris (excusez-nous si cette vérité blesse). Plusieurs fois donné pour mort, Lissouba est un vieil homme fatigué et sérieusement malade. C’est plus « humanitaire », en effet, de faire venir un vivant maintenant qu’un mort plus tard. Ce serait politiquement un échec qu’une victoire. Lissouba ne représente en fait plus une menace pour le pouvoir de Sassou Nguesso, et c’est mieux pour lui  au soir de sa vie de s’approcher de son Tsinguidi natal dans le département du Niari.

 

La vérité, c’est que, on ne sait pas si le président Lissouba reviendra au Congo, vue que son état de santé exige qu’il soit toujours à côté de son médecin. Mais, peut-être, quand il se sentira mieux, il pourra faire un tour au bercail.

 

Bon retour chez toi vieux renard, et surtout reste tranquille, le temps de la guerre est passé. Si tu veux, dis à Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, à Christophe Moukoueké, à Pascal Tsaty Mabiale et à Martin Mberi de se discipliner et de faire une nouvelle UPADS, et d’arrêter la politique du ventre et de la honte qu’ils mènent actuellement.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents