Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brazzaville est sous la brouille avec Radio France internationale (RFI). On la capte presque plus. A l’endroit habituel, la 93.20 FM, une chaîne pirate s’y est installée et bombarde de la musique jusqu’à vous boucher les oreilles. Les autorités de Brazzaville marquent leur étonnement devant cette « main noire », disent avoir ouvert une enquête pour tout tirer au clair. Que faire ? Il faut passer maintenant et provisoirement à la 93.50, nous conseille un journaliste, et ç’a marché. On sait que depuis quelques, Kinshasa, la capitale voisine, a suspendu les émissions de RFI en ondes modulées. Pourquoi Brazza aussi ne capte plus « la radio mondiale » ?


Les populations de Brazzaville ne savent plus comment capter la RFI. Chaque matin, elles se plaignent toutes de n'avoir pas suivi la rédio qui dit la "vérité", et mal aimée, comme l'a révélé la dernière élection présidentielle dans le pays, des autorités.

Qu'est-ce qui se passe ? Kinshasa qui gère la quasi-totalité des fréquences radio et télé disponibles sur les deux rives, aurait-il injecté une radio pirate pour faire disparaître le signal de RFI à Kinshasa. Car, en effet, RFI peut être captée à Brazzaville sur 105.00FM qui est la fréquence de Kinshasa, tout comme on peut l'avoir à Kinshasa sur 93.20, qui est la fréquence de Brazzaville. Couper Kinshasa et laisser Brazzaville, c'est comme si on n'avait rien fait. Solution : tout sectionner et saisonner. Comme ça plus rien. Ni Cathérine Nina, ni Ghislaine Dupon ne pourront dérranger le sommeil de nos deux gars. RFI à Brazzaville et à Kinshasa, c'est le silence total !

Mais à Brazzaville, on a trouvé une fréquence, la 93.50. Elle est provisoire, et ne marche pas toujours comme on le souhaite. Ce vendredi matin par exemple, on l'a pas capté, ce signal. Bon, mais, on écoute la propagande inlassable de la Radio Congo, notre pravda audio!

Comme par hasard, de l'autre côté du fleuve, le gouvernement n'est pas allé par quatre chemins. Il a suspendu le signal de RFI dans les principales villes de la République démocratique du Congo (RDC). Il s'agit de quatre signaux, coupés sur l'ensemble de la RDC. Selon le ministre de la communication, presse et médias de ce pays, Lambert Mende Omalanga, RFI sape le moral des troupes militaires engagées dans la guerre contre les rébellions de la Law resistance army (LRA, armée de résistance du seigneur) de l'Ouganda, ou du Front pour la démocratie et la libération du Rwanda (FDLR).

D'après les autorités de la RDC, RFI s'amuse à mettre de l'huile sur le feu, disant certaines choses prêtes à révolter les soldats, et minimisant les efforts du gouvernement, notamment dans l'opération "Tolérance zéro" initiée dans le cadre de la lutte contre les violences sexuelles.

Pour se mettre à l'abri des attaques éventuelles des militaires ruinés par le front de la guerre, les autorités de ce pays ont préféré sacrifier "la radio mondiale", captée en Fréquence moduléé (FM) dans les principales villes. Le signal a été coupé à Kinshasa, à Lubumbashi, à Kisangani et à Goma. Il y a quelques semaines déjà, la RDC a coupé le signal de RFI à Bunia, dans l'Est.

La direction de RFI a logiquement protesté contre cette mesure, rappelant qu'elle detient ces informées de la Mission des Nations unies au Congo (MONUC). Mais le gouvernement ne s'en est pas pris à la MONUC, partenaire incontournable, amère, mais très important dans la stabilisation de cette partie du pays en proie à de multiples rébellions.

Comme par hasard, la fréquence de RFI à Brazzaville n'est plus captée. A la place, une radio pirate.
Tag(s) : #Societé- Développement
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :