Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le président de la République français, Nicolas Sarkozy a quitté l'établissement parisien à pied, entouré de médecins, qui l'ont amené vers une voiture officielle. Il leur a longuement serré la main, en compagnie de son épouse, avant de quitter l'hôpital à 11h05 sans faire de déclaration à la presse. Un exemple que doivent suivre certains présidents africains qui cachent tout,...tout, même la mort!

 

Agé de 54 ans, Nicolas Sarkozy est resté sous surveillance cardiologique durant la nuit au Val-de-Grâce après un malaise dimanche pendant un jogging à proximité de la résidence de la Lanterne, à Versailles.

Au moment de sa sortie, l'Elysée publiait un communiqué expliquant qu'avait été diagnostiqué un "malaise lipothymique d'effort soutenu par grande chaleur et sans perte de connaissance, dans un contexte de fatigue liée à une charge de travail importante."


Dans la matinée, le chef de l'Etat français s'était fait remplacer par la ministre de l'Economie Christine Lagarde à une cérémonie de signature sur la pérennisation de la médiation du crédit prévue à midi à l'Elysée.

Le déplacement programmé mardi au Mont Saint-Michel, dans la Manche, a été reporté à une date ultérieure, selon l'Elysée qui ajoute en revanche que Nicolas Sarkozy présidera mercredi matin le dernier conseil des ministres avant les vacances.


Là au moins, les populations sont informées de la santé de leur chef, il n’y a eu aucun tabou. On le sait, la santé de certains chefs d’Etat en Afrique est une affaire privée, alors qu’ils ne sont plus des hommes qui ont une vie privée. Que cachent-ils ? Sûrement bien de choses, des pathologies compliquées et mystérieuses ne leur permettant plus de diriger. Mais comme souvent, ces chefs d’Etat, assimilés à des présidents-fondateurs, ont lié leur destin macabre à celui du pays, criant à tous ceux qui ne se fatiguent pas à les entendre que « sans moi, le pays est mort ; après moi, c’est le chaos ».

Sarkozy, président d’un pays où le chef de l’Etat n’est pas un dieu, mais une personne comme toute autre, avec chair et sang, les populations comprennent aisément qu’il n’y a rien à cacher. Les bulletins de santé du président français ont été publiés et la presse en a informé les populations qui s’inquiètent de la santé de leur président.

Bien que depuis ce matin, une polémique est née sur la « disparition » de quatre bulletins d’examens de Sarko à l’hosto. Il a dû certainement dissimuler certaines choses, une maladie qui pourrait se révéler aux yeux des Français, peuple de liberté, très dangereuse pour continuer à faire confiance à cet homme dont les sondages ne sont souvent pas décevants.

Ailleurs, surtout sur le continent noir, la vie des chefs d’Etat reste dans le secret muet de leur entourage, un entourage fait des politiciens sournois, des féticheurs et des guérisseurs soigne-tout. Il n’est donc pas rare que la mort d’un président africain soit cachée pendant des jours au peuple. Et le fameux  entourage qui rejette toute information sur la maladie, l’hospitalisation ou le décès du chef. Heureusement pour le peuple, ces choses-là, la mort en l’occurrence, ne se cache jamais. Ça se sait toujours !!!

Tag(s) : #Santé
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :