Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Quinze jours pour déguerpir du domaine public à Brazzaville !

Publié par Arsène SEVERIN sur 22 Juillet 2009, 13:44pm

Catégories : #Societé- Développement

Le député maire de Brazzaville a décidé mardi de déguerpir tous ceux qui occupent le domaine public dans la capitale, installant de petites unités de commerce ou carrément des maisons d’habitation. Pour Hugues Ngouelondele, ces personnes disposent de quinze jours pour libérer le domaine public anarchiquement occupé et spolié.

 

« Nous avons regardé depuis un temps, et le phénomène a grandi. Maintenant, il faut l’arrêter, mettre fin à ce désordre. Des marchés qui naissent par-ci, des conteneurs installés par-là. Maintenant, la recréation est finie », a largué le maire de Brazzaville, en présence des administrateurs-maires des sept arrondissements de Brazzaville.

 

La mairie va donc en guerre contre les pauvres qui représentent quelque 70% de la population nationale, vivant, justement des bénéfices tirés de l’occupation du domaine public. Un commerce, un marché, un parking de nuit ou un garage de fortune, la ville a perdu sa beauté, tuméfiée par ces installations en désordre et non autorisées.

 

En effet, de plus en plus de personnes  tentent de survivre à Brazzaville en installant de petits commerces au coin d’une rue. Les marchés sans échoppes et où les vendeurs étalent leurs marchandises, même alimentaires, par terre, naissent comme de champignons dans les quartiers populaires de la capitale congolaise. Même le centre ville est sérieux atteint par ce phénomène qui décrit l'état de pauvreté des populations d'un pays hyper-riche en prétrole!

 

Les plus fortunés vont plus loin : ils installent en pleine rue des bustrots et autres débits de boissons, où toute la nuit les couche-tard viennent se délecter, empêchant les paisibles voisins de dormir.

 

La journée, et surtout en cette période de vacances, les élèves en congés détiennent des placards au coin de rues. Ils proposent de la cigarette, des boissons glacées,des galettes et des cacaouettes aux passants. Des femmes, plus organisées, font de la restauration entre deux contre-plaqués ou deux rideaux en plastique (Ngoto), très fréquentés par des Brazzavillois très peu friqués pour se payer un plat dans un restaurant en ville. Un morceau de manioc, communément appelé « ndzenga » et un morceau de RDC (morceau de poulet), la journée est bouclée !

 

« Nous n’allons pas comme ça les chasser. C’est vrai qu’il vivent de ça, mais ils doivent aussi comprendre que c’est le domaine public, il faut le libérer », a indiqué le maire de Poto-poto, Jacques Elion.

 

Hugues Ngouelondele a également fait venir les différents commissaires de police de Brazzaville, les invitant à passer à l’acte si les indésirables n’obtempéraient pas à l’autorité municipale. « Nous prenons acte, et au moment venu, nous passerons à l’action », a lancé le Colonel Bozok, commissaire de police à Brazzaville.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents