Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

« Que cela vienne de l’Union africaine, c’est catastrophique, et que cela vienne aussi de la CEEAC c’est catastrophique. Ils ne peuvent pas faire une telle déclaration, car c’est insensé. Dire que tout s’est bien passé et avoir été à Brazzaville, c’est une catastrophe », a dit mardi à SEVERIN NEWS Mathias Dzon, candidat de l’opposition à l’élection présidentielle, réagissant énergiquement à la déclaration de l’Union africaine (UA).

 

Lundi soir, l’organisation africaine et la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) avaient en effet déclaré que le scrutin était « régulier, libre et transparent ». Le chef de la mission des observateurs de l’UA et de la CEEAC, le centrafricain Dieudonné Yaya-Kombo, a aussi appelé la classe politique congolaise à « accepter les résultats des urnes ».

 

« Mais quel droit a-t-il de s’adresser à nous ? Où est-ce qu’il a prêté serment pour nous parler ainsi ? C’est une bande de copains du président Sassou qui sont venus ici pour chercher de l’argent », a critiqué à SEVERIN NEWS, Guy Romain Kinfounsia, candidat et président du Front uni des partis de l’opposition.

 

Pour Mathias Dzon, ces élections ne sont pas crédibles et qu’il fallait tout reprendre. « L’Union africaine doit aller faire son numéro ailleurs, car nous avons même appris que ces gens étaient corrompus et leur déclaration reflète cette corruption », a-t-il souligné.

 

Les opposants estiment que très peu de gens étaient allés voter sur l’ensemble du pays, et que par conséquent, le vote devait être annulé. « Nos représentants n’étaient pas dans la salle parce qu’on ne voulait pas que le vote se tienne. Mais dehors, nous avons eu des représentants qui nous ont tout décrit. En tout cas on est à moins de 5% de participation, et pour une élection présidentielle, c’est minable et catastrophique », a indiqué M. Dzon.

 

« Les représentants des autres candidats ne sont pas nos ennemis. Ils nous disent comment les choses se sont passées. La vraie réalité, c’est elle qui nous a tous été transmise par les cameras, ces cameras qui ne trompent pas », a martelé M. Kinfounsia.

 

D’après le directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH), Roger Bouka Owoko, le vote a été « peu crédible » à cause des fraudes massives. Il a dit que certaines populations du département du Pool n’ont pas pu voter, à cause d’un climat d’intimidation imposé par les miliciens ninjas du pasteur Ntumi, qui avait appelé, lui aussi au boycott. « Dans les localités de Kibossi, de Kibouendé, de Madzia, et dans un village de Kindamba, les populations n’ont pas voté », a affirmé M. Bouka Owoko.

 

Ces faits ont été confirmés à SEVERIN NEWS par le porte-parole du pasteur Ntumi, Ané Philippe Bibi. « Les ninjas ont mal interprété le mot d’ordre de boycott. Ils ont interdit à tout le monde d’aller voter, et ce qui fut fait. Là où il y avait des militaires, ils ont tout simplement procédé au bourrage des urnes », a-t-il déclaré.

 

« Nous n’avons pas voté. Les ninjas nous interdit d’approcher les bureaux de vote. Et chacun est resté chez lui », a confié à SEVERIN NEWS un habitant de Kibossi

 

Mais, les autorités départementales du Pool, ont affirmé que tout s’est passé dans l’ordre et tout le monde avait voté, oubliant même que les ninjas avaient suivi à la lettre, les instructions de leur maître. Le sous-préfet de Mindouli, Paul Ngoma s’est satisfait du climat de paix dans lequel s’est déroulée l’élection.

 

« Au Pool, tout s’est bien passé, contrairement à ceux qui veulent se passer pour des radios milles collines », a déclaré Vital Bala, président de l’Observateur national des élections.

Tag(s) : #Elections
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :