Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archevêque de Brazzaville, Monsiegneur Anatole Milandou a appelé les populations de Brazzaville, les chrétiens notamment, à ne pas "céder à la panique", suite aux rumeurs qui courent dans la capitale congolaise qu'il y aura la guerre pendant cette élection présidentielle. Dans les gares, les aéroports et les gares routières de Brazzaville, la situation est en effet intenable, avec de nombreuses personnes qui veulent quitter la ville, redoutant les violences liées à cette élection.

"J'invite tous les chrétiens de Brazzaville, les hommes et les femmes de bonne volonté à ne pas céder à la panique et à continuer de prier pour la paix", a exhorté Mgr Milandou dans une lettre adressée dans les paroisses catholiques de Brazzaville, et parvenue à la rédaction de SEVERIN NEWS.

L'homme de Dieu a déploré cette situation qui n'accorde pas des conditions d'accueil décentes aux populations qui fuient la capitale. "Beaucoup de rumeurs folles circulent dans l'Archidiocèse de Brazzaville et seraient à la base d'un exode des populations vers des destinations qui, malheureusement, ne favorisent pas un accueil adéquat. Les conditions de voyage aussi laissent à désirer au regard des informations qui nous parviennent", a déclaré l'archevêque de Brazzaville.

En effet, depuis quelques semaines, les populations de Brazzaville vont vers des zones peu troubles, comme Pointe-Noire, la capitales économique, pour se mettre à l'abri d'éventuelles violences lors des votes. Ces derniers jours, la situation s'est accentuée, et les populations campent à la gare centrale de Brazzaville ou dans les gares routières comme celles de Bifouiti ou de Bourreau dans la partie sud; celles de Mikalou ou de Nkombo dans la zone nord.

Dans les agences de voyage à l'aéroport international de Brazzaville, Maya Maya, les billets de transport vers Pointe-Noire ou d'autres villes intérieures comme Dolisie, Ouesso et Impfondo ne devenus plus rares que les merles blancs. Certains clients sont obligés d'y rester, de payer plus cher les billets d'avion. A la gare centrale de Brazzaville, ceux qui se réveillent tôt à 3h du matin n'ont tous pas la chance d'avoir un billet de train.

La crainte d'une guerre lors de cette élection est savament entretenue par les hommes politiques qui s'approprient la paix, et d'autres qui tiennent des discours prêts à en découdre militairement. Les popualtions, après avoir vécu de dures épreuves entre 1997 et 2003 à Brazzaville et dans le Pool, ne croient nullement à la bonne foi des autorités et des opposants. Pour elles, personne ne rassure

Dans le lot de ceux qui sont en train de vider la ville, il y a des militaires, des policiers et des gendarmes, pourtant censés rassurer le peuple.

Si l'archèvêque de Brazzaville réagit ainsi, c'est qu'on a signalié depuis quelques jours une affluence des personnes infortunées et désemparées dans les paroisses sud de Brazzaville comme celle de Kisito à Bifouiti. Chaque soir, ces personnes qui n'arrivent pas trouver un camion pour fuir dans les villages du Pool ou à Loutété dans la Bouenza où le trafic est plus fluide pour aller à Nkayi ou à Dolisie, voire même à Pointe-Noire, dorment à même le sol et dans des conditions inhumaines dans la cour de cette paroisse. SEVERIN NEWS promet de vous faire un très gros plan sur la situation...

L'archevêque de Brazzaville a par ailleurs appelé les "citoyens chrétiens brazzavillois d'aller remplir leur devoir civique, le dimanche". Cet appel de l'Eglise catholique, vient appuyer celui que lance régulièrement les autorités nationales, demandant aux populations d'aller massivement voter le 12 juillet prochain, le nouveau président de la République.

Dans sa lettre aux paroisses de Brazzaville, l'archevêque de la capitale congolaise a décidé que toutes les messes de dimanche soient ramenées au samedi afin de "permettre" aux citoyens chritiens d'aller voter. "Notre pays se prépare à vivre un moment important et tout à fait normal dans la vie d'une nation démocratique: l'élection présidentielle", a poursuivit le prélat.
Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :