Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nous sommes revenus ici pour rencontrer le ministre de l'administration du territoire et lui présenter tous les dysfonctionnements qu'il y a dans la préparation de cette élection. Nous avons été écoutés et nous attendons qu'il fasse le point à qui de droit et on nous répondra", a déclaré Guy Romain Kinfounsia, à la sortie d'audience avec le ministre en charge des élections, Raymond Zéphyrin Mboulou.

M. Kinfounsia qui est aussi président du Front uni des partis de l'opposition. Cette plate-forme de l'opposition qui aligne aujourd'hui trois candidats à cette élection, dénonce de nombreuses fraudes, entretenues par le président sortant Denis Sassou Nguesso en vue de remporter dès le premier tour le vote.

"Nous ne fixons pas de date, mais nous pensons que dans de telles conditions, l'élection ne peut pas avoir lieu. Donc au ministre de l'administration du territoire de nous faire asseoir, tous les treize candidats, afin de voir ce qu'il faut faire. Et nous attendons", a indiqué à la presse M. Kinfounsia.

Des journalistes présents à cette déclaration ont constaté avec étonnement, le ton utilisé par l'opposition pour s'exprimer à la presse. Plutôt séreins que braillards comme on les a vus tout le temps, les opposants sembleraient accepter boire la tasse de thé que leur a servi leur adversaire, M. Sassou Nguesso.

D'ailleurs, l'un des plus tenaces, Mathias Dzon n'est pas sorti avec les autres pour s'adresser à la presse. Il est resté à l'intérieur du bâtiment, certainement en discussion avec le ministre Mboulou. "Une attitude qui sent la trahison ou le revirement de la situation", a commenté un journaliste de la presse locale.

A l'allure où vont les choses, il est difficile pour ces opposants de s'engager dans la course, d'autant plus qu'ils n'ont rien fait comme activtés de campagne. Leur sévère campagne ne devrait pas traîner à être prononcée, le 12 juillet même, le jour du vote. "On nous a qualifiés des radicaux, mais vous verrez que nous sommes une opposition constructive", s'est contenté de dire M. Kinfounsia.

Le ministre Mboulou a discuté avec cinq candidats, Clément Mierassa, Bertin Pandi Ngouari, Bonaventure Bavoueza Mizdy, Dzon et Kinfounsia. Tous réclament de bonnes conditions de cette élection. Ils sont sortis du ministère, chacun de son côté, visiblement sans une vraie conviction de leur action. Contrairement à vendredi dernier où ils s'étaient fait accompagner de leurs militants autres responsables du Front comme le député Pascal Tsaty Mabiala qui en est le porte-parole, aujourd'hui, ces candidats ne sont venus que seuls, accompagnés de leur garde.

De leur côté, les candidats Sassou Nguesso, Joseph Kignoumbi Kia Mboungou (Indépendant), Anguios Nganguia Engambe (Indépendant), Nick Fylla de Saint Eudes (PRL), Jean Ebina (Indépendant) et Joseph Ondjuila Miokono (RFD) continuent à battre séreinement leur campagne, prêts à s'affronter dimanche prochain dans les urnes.
Tag(s) : #Elections
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :