Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le ministre des affaires étrangères du Congo-Brazzaville a annoncé ce lundi matin, l'arrivée à Brazzaville d'une trentaine d'observateurs de l'Union africaine pour suivre le scrutin présidentiel prévu au 12 juillet. D'après Basile Ikouebé, il s'agit d'experts et de grandes personnalités qui composeront cette équipe.

Le ministre a fait cette annonce au cours d'une conférence de presse qu'il animée au palais des affaires étrangères de Brazzaville. " J'ai discuté personnellement avec le président wade du Sénégal, qui m'a rassuré que son pays était intéressé à observer cette élection", a indiqué M. Ikouebé, fait à la presse le point des conclusions arrêtées lors du dernier sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Africaine.


"J'ai aussi parlé au président Jean Ping de la Commission de l'Union africain qui m'a confirmé la même chose. La fiche est sur sa table, il s'en tiendra très rapidement", a ajouté le ministre Ikouebé qui a par ailleurs reconnu que l'Union européenne n'everra pas des observateurs à Brazzaville pour suivre ce scrutin.

De même, les Nations Unies n'enverront pas des observateurs, à cause de l'implication à côté du gouvernement dans les préparatifs de ces votes. "Sinon, elles seront juge et partie", a justifié M. Ikouebé.

En 2007, l'UA avait envoyé des observateurs pour suivre les élections législatives. Leur rapport a été très sévère, critiquant de "chaotiques" ces élections, émaillées d'"importants dysfocbtionnement".

Par ailleurs, la conférence internationale des Grands Lacs ont annoncé l'arrivée à Brazzaville d'une mission d'observation de cette élection. Depuis décembre 2007, cette organisation sous-régionale a décidé de suivre l'élection des chefs d'Etat de l'un des pays membres et faire un rapport y relatif.

Réagissant sur la peur qui gagne les Brazzavillois qui fuient vers les villes de l'intérieur ou à l'étranger, le ministre des affaires étrangères, s'est dit "très choqué". Pour lui, "les hommes politiques qui font cela ont certainement réussi à transporter cette psychose à l'extérieur".

"Lorsqu'ils font fuire les populations dans les villages, on sait que politiquement leur objectif c'est de disperser l'électorat, car ceux qui fuient ne voteront pas là où ils iront", a-t-il déploré amèrement.

Le même regret a été exprimé par Antoine Sassou Nguesso, épouse du chef de l'Etat congolais. "Ce n'est pas bien de faire comme ça. Et les populations, je pensais qu'elles avaient compris après tout ce que nous avons subi dans ce pays. Il fallait rester pour résister, mais elles ont préférer fuire", a stigmatisé Mme Sassou Nguesso.

Depuis quelques semaines, plusieurs Brazzavillois quittent la ville pour se mettre à l'abri d'éventuelles violences à la veille ou après cette élection présidentielle, boudée par les opposants qui exigent des conditions plus équitables.
Tag(s) : #Elections
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :