Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

S’adressant le week-end dernier aux cadres de la Cuvette ouest, un département du Congo, le président Denis Sassou Nguesso a demandé aux hommes politiques, notamment ceux de l’opposition de ne pas « parler de paix », car, c’est son créneau depuis des années. « Il y a quelques aventuriers qui sillonnent et qui vous promettent des choses. Ils peuvent tout vous promettre, c’est de leur droit,… mais qu’ils ne parlent pas de problème de paix », a-t-il interdit au cours de cette rencontre tenue à Etoumbi où il venait de lancer les travaux de la route Etoumbi-Makoua dans le département de la Cuvette. Comme il est de coutume, après une visite dans un département, le chef de l’Etat est toujours reçu par les cadres ou les sages. Et c'est à cette occasion que Sassou Nguesso fait cette observation. « Entre 1997 et 2000, notre pays était classé à la phase 4 des Nations Unies, donc infréquentable. Mais nous avons beaucoup travaillé jusqu’à obtenir que de nombreux hommes d’affaires viennent placer, sans s'inquiéter, leur argent ici », a-t-il indiqué. Le chef de l’Etat du Congo-Brazzaville a expliqué aux cadres de ce département, ses vraies ambitions pour le Congo. « Avant de créer les bases du développement, nous nous sommes consacrés à la paix, et c’est un travail difficile. Il ne s’agit pas seulement de faire de gros discours électoraux, mais de travailler », a-t-il poursuivi. « Pendant la guerre de 1997, les Congolais ont pour la première fois utilisé toutes sortes d’armes dont nous disposons à cette époque : les orgues de Staline, les mortiers, les aclibres de toutes sortes,… tout ça pour nous faire du mal. Et pendant cette période, nous avons détruit ce que nous avons construit avec peine. Le gouvernement a passé son temps à enlever les plaques sur les immeubles pour qu’on ne connaisse pas celui qui a bâti, plutôt que de construire » C’est vrai, ce n’est pas seulement les efforts du président, même vous aussi vous avez été de beaucoup. C’est pourquoi, nous devons conserver cette paix », a recommandé le chef de l’Etat. Pour le président Sassou Nguesso « Nous sommes un pays en paix,, nous ne sommes pas en difficultés avec d’autres pays. Ces pays envient ce que nous avons, et nous sommes déjà conclu des accords gagnant- gagnant. Tout cela à cause de la paix, et nous sommes sur la bonne voix. Loin d’un discours électoraliste, Sassou Nguesso continue tout de même à sillonner le pays, appelant les populations à se « détourner de tous ceux qui tiennent des discours politiques à Brazzaville ». Les populations d’Etoumbi ont remis trois millions de F Cfa (6.000 dollars) au président Sassou Nguesso en guise de soutien à sa candidature. Rappelons que partout où il passe, le chef de l’Etat reçoit des fonds des populations qui l’incitent à poser sa candidature : 15 millions à Pointe-Noire, 5 millions dans la Bouenza, 4 millions à Sibiti, 16 millions dans le Pool (malgré leurs difficultés), 15 millions par les femmes de Brazzaville, 15 millions dans la Cuvette (son province d’origine). « Mais pour l’heure nous continuons à réfléchir. Nous ne posons pas la candidature, nous ferons les comptes », a lancé ironiquement Sassou Nguesso.
Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :