Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Ecair à vendre : reprise mouillée des vols!

Publié par Arsène SEVERIN sur 26 Octobre 2016, 06:08am

Catégories : #BrazzaPLUS, #Congo-Brazzaville, #Economie

Un avion Ecair cloué au solDésolation! Ils sont nombreux qui pleurent un peu partout dans le monde, abandonnés par Ecair dont les avions sont cloués au sol. Et pourtant, il n’a manqué que des tam-tams et des danseuses pour glorifier la reprise des vols Ecair. Double-clic entre Brazzaville et Paris, puis régularité entre Brazzaville et Pointe-Noire. Une semaine a suffi pour que les mauvaises nouvelles fusent, à tel point que même les petits perdiems de journalistes ne soient pas payés.

La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale avait répondu à l’appel d'emprunt obligataire lancé par la compagnie nationale aérienne du Congo, Ecair. L’apport a fait 20 milliards de francs CFA. Les patrons congolais, les nouveaux riches et les hommes d’affaires étrangers n’ont pas senti l’affaire. Personne n’a mis de son argent dans Ecair, malgré les avantagés signifiés.

Certains redoutaient de jeter de l’argent dans un trou noir, expliquant que les comptes d’Ecair n'étaient connus que de Dieu. Finalement, le coup de pousse reçu de quelques sociétés comme le Port autonome de Pointe-Noire, a permis de remettre les pilotes en ligne. Les hôtesses avaient repris leur belle robe bleue, tandis que les fournisseurs de repas et boissons espéraient refaire de bonnes affaires.

Mais pour combien de temps ? Les pilotes qui venaient de se remettre en vol refusent à nouveau de décoller. Les jolies filles qui chantent Bienvenue Chez Vous, boudent les conditions de travail…le malaise social est en dépassement cette fois-ci.

Et lorsque l’ASECNA demande de clouer les aéronefs flanqués Ecair au sol, le monde entier découvre la crise qui rongeait la compagnie nationale équateur airlines. A l’allure de Lina Congo, de Air Congo ou de Nouvelle Air Congo, Ecair, Muana Mboka, bat terriblement de l’aille. Chaque travailleur veut sa part d'Ecair avant qu'il ne soit trop tard.

A l'étranger, des Congolais sont aux abois, abandonnés dans les différentes escales, voulant absolument jouer au patriotisme. A Cotonou, les femmes d'affaires et un photographe du Collectif Génération Elili sont venus pleurer devant les bureaux cadenasés d'Ecair. Eux qui devraient retourner au pays depuis le 18 octobre ont désormais appris à manger le Foutou béninois!

Le gouvernement qui a assez gavé de l’argent à cette compagnie qui a voulu faire la fierté du Congo, doit imposer un plan de restructuration. Il doit être drastique pour pouvoir sauver la boîte. Ceux qui n’ont aucune compétence en dehors de singer le français dans les couloirs de l’avion ou dans les bureaux de Ecair, doivent quitter. Le plan de restructuration préviendra qu’on leur donne un peu d’argent pour qu’ils entreprennent le commerce. Comme ils savent voyager, ils iront assurément jusqu’à Dubaï.

Les techniciens et les spécialistes de la navigation aérienne ont vu juste. Faire voler un avion avec des pilotes qui boudent, des hôtesses qui ruminent, des mécanos impayés, est vraiment très dangereux. On n’attendra pas des terroristes à bord, ils les balanceraient eux-mêmes un à un ces avions d'Ecair contre les manguiers de Mfilou à Brazzaville ou les palmiers de Ngoyo. à Pointe-Noire. Ou carrément les plonger dans la mer ou dans le fleuve.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents