Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

@Route Dolisie-Brazzaville, dans le Pool
@Route Dolisie-Brazzaville, dans le Pool

Le constat est de la délégation conjointe des Parlementaires, experts et cadres du Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Délégation Générale aux Grands Travaux, conduite par le Ministre Jean Jacques BOUYA, à l’issue d’une visite d’inspection effectuée, le 13 janvier 2016.

La mission a permis à la délégation d’avoir une idée nette de la restructuration, mieux encore, du renforcement du 1er tronçon, Pointe-Noire/Dolisie, long de 160 km, requalibré au trafic T4 et de s’imprégner du niveau d’exécution du 2ème tronçon, Dolisie/Brazzaville.
Les travaux de ce 2ème tronçon, long d’environ 375 km, dimensionné pour une classe de trafic T3, allant de mille à trois mille véhicules par jour avec une charge à l’essieu simple de 13 tonnes, se situent actuellement à la réalisation du pont sur la Loukoungni, dernier ouvrage encore en chantier.

D’une longueur de 161 mètres, ce pont est le plus grand et important ouvrage d’art réalisé sur la route nationale n°1 avec des travées d’approche en béton armé et d’acier.

512 dalots et 28 ponts ont été construits sur cette route lourde dont le revêtement en béton bitumineux est de 5 cm d’épaisseur, la couche de base en grave bitume est de 12 cm d’épaisseur, la couche de base en gave concassée de 20 cm, la couche de fondation en grave naturelle est de 25 cm d’épaisseur.
Au regard de la célérité avec laquelle s’exécutent les travaux, l’inauguration de ce 2ème tronçon est imminente.

Mais hélas, les membres de la délégation ont été, non seulement, scandalisés par le nombre impressionnant d’épaves de voitures encombrant la chaussée, mais aussi, du tonnage exagéré des grumiers sur le 1er tronçon, Pointe-Noire/Dolisie, laisse à désirer et interpelle plus d’un.

« Si nous ne mettons pas en place des dispositifs importants pour pérenniser cet ouvrage qui, dans son ensemble, a coûté plus de mille milliards de francs CFA à l’Etat congolais, les mêmes comportements pratiqués sur le premier tronçon se reproduiront sur le second. Vous, parlementaires et hommes des médias, avez le dévoir de conscientiser les populations, de les édifier sur la nécessité de bien protéger cette route qui fera de sorte que la dorsale Pointe-Noire-Brazzaville couplée à celle de Brazzaville-Ouesso, soit disponible pour le désenclavement et l’intégration régionale du Congo. Car, il va arriver un moment où nous allons passer à la répression des inciviques», a martelé le Ministre à la Présidence de la République, chargé de l’Aménagement du Territoire et de la Délégation Générale aux Grands Travaux.

Face à l’incivisme des usagers de cet axe routier stratégique, les Parlementaires entendent saisir le pouvoir judiciaire, afin de trouver des mesures susceptibles de préserver cet acquis, une œuvre titanesque qui contribue efficacement à l’éclosion économique du pays.
En outre, deux échangeurs seront construits à Pointe-Noire et à Kintélé, à Brazzaville. Les études y afférentes sont respectivement effectuées à 50% et 80%. L’échangeur de Kintélé, quant à lui, prend déjà corps.

Cependant, les 2 sites sont confrontés à l’épineux problème d’expropriations.
Toujours, dans le cadre de la réalisation de la route nationale N°1, d’autres ouvrages intègrent ce projet gigantesque et structurant nanti d’une architecture futuriste.

Il s’agit de la construction de 6 postes de péage et de pesage, des écoles et de centres de santé intégrés.
Cette route nationale N°1 fait partie du réseau routier structurant du Congo et passe par les grandes villes du pays, notamment, Dolisie, Nkayi, Madingou, Loutété, Midouli, Mayama, Boulankio, Yié et Kintélé en assurant sa jonction avec la RN2.

Construite par la société CSCEC, China State Construction Engineering Corporation, sous le contrôle d’Egis International, dans le cadre du partenariat stratégique entre la Chine et le Congo, conclu en 2006, la route nationale n°1, l’épine dorsale de l’économie nationale, favorise le dynamisme des échanges entre la côte atlantique et l’hinterland.

Les Parlementaires n’ont pas tari d’éloges à l’endroit du visionnaire qui n’est autre que le président de la République, Denis SASSOU N’GUESSO.
« Nous sommes satisfaits du travail réalisé sur cette route très importante pour la vie économique de notre pays. Cependant, nous déplorons l’incivisme constaté dans le premier tronçon, Pointe-Noire/Dolisie mis en exploitation, en décembre 2011, par le président de la République, nous interpelle tous », a souligné le président de la commission économie et finances de l’Assemblée nationale, Maurice Mavoungou.

La route du développement passe par le développement de la route, disent d’aucuns.

Avec la COM des Grands Travaux

@Bouya : "Voici comment il faut faire cette route"

@Bouya : "Voici comment il faut faire cette route"

Tag(s) : #Jean Jacques Bouya, #Grands Travaux Brazzaville, #Route Dolisie-Brazzaville, #Congo-Brazzaville, #Economie, #BrazzaPLUS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :