Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Tentative avortée d'une médiation à Brazzaville

Publié par Arsène SEVERIN sur 22 Octobre 2015, 15:35pm

Catégories : #Guy Brice Parfait Kolelas, #Okombi Salissa, #IDC, #PCT, #Négociations à Brazzaville, #Médiation à Brazzaville, #Politique, #BrazzaPLUS

@Deux opposants empêchés de quitter leur domicile
@Deux opposants empêchés de quitter leur domicile

Contacté par le président Denis Sassou N'Guesso, l'archevêque de Brazzaville, Mgr Anatole Milandou a voulu lancer jeudi après-midi à Brazzaville une médiation entre les forces politiques de l'opposition et celles de la majorité au sujet de la crise qui secoue le Congo. Mais bloqués par les forces de l'ordre, certains leaders de l'opposition n'ont pu se rendre au siège des évêques de l'église catholique à Brazzaville où devraient s'ouvrir ces discussions.

Deux principaux leaders de l'opposition congolaise n'ont pu quitter cet après-midi leur domicile pour rejoindre le lieu des négociations. André Okombi Salissa et Guy Brice Parfiat Kolelas, tous deux membres de la plate-forme Initiative pour la démocratie au Congo (IDC), ont été empêchés de quitter leur résidence par la force publique. Aucune raison n'a été avancée sur cet obstacle.

L'église catholique qui devrait conduire ces discussions a dépêché un émissaire, l'abbé Abraham Okoko, un jésuite membre de la Fondation Perspective d'avenir, pour dénouer la situation. Mais ses bons offices ont été ignorés par les forces de l'ordre. Il a d'ailleurs lui aussi été empêché de quitter le domicile de Kolelas à Bacongo. Niet! Okombi Salissa et Kolelas ne quitteront pas leur domicile.

Du coup, les négociations voulues par le chef de l'Etat n'ont pu s'ouvre cet après-midi dans la capitale. Selon l'église catholique, le président Sassou N'Guesso avait mandaté Mgr Anatole Milandou pour amorcer un dialogue entre les opposants contestataires du processus référendaire en cours et les membres de la majorité présidentielle. Les deux camps s'étaient pourtant accordés pour la tenue de ces discussions. Alors que le ministre d'Etat Firmin Ayessa attendait tranquillement chez lui, avec le Secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT), Pierre Ngolo, que le top de la réunion soit donné, la mauvaise nouvelle est annoncée.

Il s'agit en fait pour le chef de l'Etat de rassembler les idées déjà jetées en l'air par les acteurs politiques comme Joseph Kignoumbi Kia Mboungou. Ce dernier prône un dialogue avant la tenue du référendum constitutionnel et le renforcement de la gouvernance électorale dans le pays afin de rassurer tout le monde. A deux jours de la tenue du scrutin, un tel agenda est-il possible dans le contexte actuel? En tout cas le président Sassou N'Guesso doit "rassembler et apaiser", selon François Hollande.

Cet avortement du premier round de négociations ne fait pas tout tomber dans l'eau. Dès lors que les protagonistes veulent bien se parler, il y a de l'espoir. Le chef de l'Etat étant le chef suprême des armées, il pèsera forcément de tout son poids pour que ces discussions si importantes pour l'avenir du pays aient lieu et...très rapidement.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents