Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Drapeau américain
Drapeau américain

La maison blanche s’est dite préoccupée, par la modification de la constitution, envisagée par Denis Sassou Nguesso, le chef d’Etat congolais. Dans un communiqué publié ce mardi 6 octobre, Mark Toner, le porte-parole du département d’Etat a déclaré que les Etats-Unis suivaient de près l’évolution de la situation au Congo.

Le même mercredi, l'ambassade des Etats-Unis a accueilli des leaders de l'opposition pour échanger autour de la question sur le référendum constitution du 25 octobre prochain. Guy Brice Parfait Kolelas, Clément Mierassa, Mathias Dzon, Claudine Munari ou André Okombi Salissa ont exposé à l'ambassadeur des Etats-Unis les motifs de leur mécontentement pour ce référendum. Après cet échange, les opposants se sont ensuite rendus dans un hôtel de la place pour pondre un déclaration disant Niet au référendum constitutionnel.

Selon Mark Toner, les Etats-Unis ont noté « avec préoccupation » la décision du président de la république du Congo, Denis Sassou N’Guesso de tenir un référendum sur une nouvelle constitution qui éliminerait les limitations du nombre actuel des mandats et lui permettrait de se représenter à la présidentielle de 2016.

Rappelant au passage des extraits du discours d’Obama à l’UA qui, « Nelson Mandela, et George Washington, ont forgé un legs durable non seulement à cause de ce qu’ils ont fait au pouvoir, mais aussi, par ce qu’ils étaient prêts à quitter le pouvoir et à transférer le pouvoir pacifiquement».

Le président Obama, a souligné que, lorsqu’un « leader essaie de changer les règles du jeu rien que pour rester au pouvoir, il y a risque d’instabilité et de troubles, comme nous l’avons vu au Burundi. Et c’est souvent la première étape vers un chemin périlleux », a fait valoir Mark Toner.

Les Américains rappellent que les transitions, régulières, pacifiques et démocratiques, offrent un mécanisme dynamique et sain aux citoyens pour tenir leurs leaders politiques responsables de leurs actes et promouvoir une stabilité à long terme, « aucune démocratie n’est bien servie quand son leader modifie sa constitution à des fins personnelles ou politiques », rappelle le communiqué américain.

Denis Sassou N’Guesso, 72 ans, dont 30 passés au pouvoir, frappé par la limitation des mandats prévus par la constitution de janvier 2002, a convoqué les Congolais au référendum de la constitution le 25 octobre prochain.

La nouvelle constitution que propose Sassou N’Guesso, prévoit de réduire de sept à 5 ans, le mandat présidentiel qui sera renouvelable deux fois. Elle abaisse l’âge pour être candidat de 40 à 30 ans, et supprime l’âge maximal de 70 ans, inscrit dans le texte de 2002.

Avec KOACI, Yaoundé

Tag(s) : #Etats-Unis, #Référendum Congo-Brazzaville, #Politique, #Mark Toner, #BrazzaPLUS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :