Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Ils sont nombreux à quitter les quartiers sud de Brazzaville!

Publié par Arsène SEVERIN sur 21 Octobre 2015, 16:17pm

Catégories : #Manifestations a Brazzaville, #Référendum Congo-Brazzaville, #Diata Bifouiti Mfilou Bacongo, #Congo-Brazzaville, #Politique, #BrazzaPLUS

@Femmes et enfants quittant les quartiers sud
@Femmes et enfants quittant les quartiers sud

Des files interminables de femmes et d'enfants se déversent depuis mercredi matin vers les quartiers centre et nord de Brazzaville où règne un climat de paix. Ces populations quittent les zones sud, qualifiées de "tampon" par les forces de sécurité qui y mènent une opération de sécurisation des lieux. Des coups de feu et des détonations de bombes lacrymogènes terrorisent les populations qui vident les quartiers.

La scène se lit le long de l'avenue de l'UA qui part du Centre culturel français jusqu'au rond-point Bifouiti. Mais aussi sur l'avenue Gascogne qui part de rond-point Château d'Eau vers le CCF. D'autres infortunés sortent par Diata.

Baluchons sur la tête, enfants à la main, les femmes, fatigués et apeurées par les coups de feu, quittent leurs habitations. "On nous a dit de libérer le quartier", a indiqué une femme portant un bébé d'à peine quatre mois dans ses bras tremblants. Elle ne dit pas qui a donné cet ordre. "Je ne sais pas, mais je suis obligée de suivre les autres", a-t-elle ajouté, complètement abattue.

Le transport est déstabilisé dans cette partie de la ville où opèrent la police et la gendarmerie. Dans d'incessants va et vient, les véhicules de ces forces de sécurité sont les rares véhicules qui empruntent cette avenue. Vers midi, un corps de l'armée a commencé de s'installer dans la zone. Les bérets noirs ont installé leur bivouac à la station services Angola Libre, à Makélékélé. "La police a foutu la merde ici. Nous reprenons le terrain pour rassurer les populations", a essayé d'expliquer un sergent.

Au marché Total, vide de monde, les populations attendent les bus pour les emmener dans les zones en sécurité. Mais très peu de bus et de taxis passent la zone rouge placée par les éléments de la garde républicaine, juste à la hauteur de l'immeuble ex-UAPT. Les chauffeurs évoquent la prudence. "Mieux vaut ne pas tenter le diable", a lancé un taximan qui embarque une famille pour la rue Mbochi à Moungali, moyennant 5000 francs CFA la course.

Si le long de l'avenue de l'UA, boutiques et étals sont fermés, au rond-point CCF, commence la vie. Bien que les administrations restent fermées, mais les commerçants bravent la peur et ouvrent leurs boutiques. Ici aussi viennent tourner les bus publics (STPU), et donc les populations peuvent les emprunter pour aller vers les quartiers centre et nord.

A l'hôpital de Makélékélé ce matin, seuls quelques cris d'oiseaux rappelaient la vie. Des malades en état difficile sont restés seuls sur des lits. Deux femmes en état d'accouchement sont seules avec leurs accompagnants. Le personnel est aux abonnés absents depuis hier soir. Dans une conférence de presse tenue mercredi dans l'après-midi, les responsables de l'opposition (Paul Marie M'Pouele, Pascal Tsaty Mabiala, Mathias Dzon, Claudine Munari) ont appelé la force publique à laisser leurs partisans de continuer leur manifestation.

@Bus STPU chargeant les clients au CCF

@Bus STPU chargeant les clients au CCF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents