Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


L'actualité de RDC vue par la presse kinoise

Publié par Arsène SEVERIN sur 17 Septembre 2015, 10:52am

Catégories : #Presse kinoise, #Kinshasa, #Joseph Kabila, #RDC, #Politique, #Congo-Brazzaville

@Presse kinoise
@Presse kinoise
LE KONGO CENTRAL HEBERGE D’IMPORTANTS SITES HISTORIQUES ET TOURISTIQUES, SELON LE DIRECTEUR PROVINCIAL DE L’ONT

ACP

Le directeur provincial de l’Office national du tourisme (ONT)/Kongo Central, Roger Kapesa Malumba, a déclaré mardi à l’ACP que cette province est l’une des rares de la République démocratique du Congo (RDC) à héberger d’importants sites historiques et touristiques.

Les sites historiques, a-t-il relevé, sont ceux liés à l’ouverture du pays à la colonisation occidentale, notamment le baobab de Stanley, la première résidence du gouverneur du Congo, la première voiture et la première cathédrale à Boma, la 1ère capitale du Congo à Vivi ainsi que les monuments aux porteurs et de Belvédère marquant respectivement le sentier des caravanes et la construction du chemin de fer Matadi – Kinshasa long de 365Kms à Matadi .

S’agissant des sites touristiques, le directeur provincial de l’ONT a noté, parmi les plus connus, le pic à Cambien (actuellement mont Kinzau) à Matadi, la tombe de M. Gadio (dans la localité de Tombangadio situé à proximité de Mpalabala, à plus ou moins 9 Kms de Matadi, sur la voie ferrée. A cela s’ajoutent le baobab et la pierre de Diego Câo, au début des rapides de Yalalala, situés sur le fleuve Congo, en amont de la ville de Matadi.

Il a également cité les grottes de Mbanza-Ngungu avec les poissons aveugles et les chutes de la rivière Zongo dans la Lukaya. M.Kapesa a soutenu que ces sites, mieux entretenus, pourraient générer des recettes pour le trésor public, soulignant la nécessité d’investissement.

RDC: L’OPPOSITION PLAIDE POUR LE RESPECT DU MANDAT PRESIDENTIEL

OKAPI

L’opposition appelle au respect du mandat présidentiel. Elle l’a rappelé au cours d’un meeting populaire, organisé mardi 15 septembre, au terrain Sainte-Thérèse, dans la commune de N’djili (Kinshasa).

A l’occasion, plusieurs partis de l’opposition ont également plaidé pour l’alternance politique en 2016. Le président du Courant démocratique et rénovateur (CDR), Lucien Busa Tongba, a réaffirmé l’idée de l’opposition de faire respecter la constitution.

Pour le président de l’Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé), Martin Fayulu Madidi, le meeting de Sainte-Thérèse a marqué la rentrée de l’opposition congolaise sur la scène politique.

Pour sa part, le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe, a invité toute l’opposition à l’unité pour l’intérêt du peuple congolais.

En marge de cette cérémonie, l’opposition a recommandé notamment la libération de tous les prisonniers politiques dont Jean-Claude Muyambo et Eugène Diomi.

LE MEETING DE L’OPPOSITION TOURNE AU DRAME : DEUX MORTS HIER À N’DJILI !

FORUM DES AS

Un meeting qui tourne au drame. C’est ce qui s’est passé hier à la place Sainte Thérèse dans la commune de N’Djili. Le bilan provisoire des affrontements, entre les pratiquants des arts martiaux qui ont fait irruption au meeting et les partisans de la Dynamique de l’Opposition, fait état de deux morts. Il s’agirait de deux » pomba » (gangsters) qui auraient succombé à leurs blessures dans un hôpital de la place. De violents affrontements ont éclaté dans une grande confusion en marge de ce rassemblement où certains opposants ont été attaqués à coup de projectiles par des jeunes gens en provenance d’on ne sait d’où. C’est cette interruption qui a poussé les jeunes commis au service d’ordre de la manifestation à répliquer violemment à l’attaque des assaillants. Mais, chose curieuse, pendant que ces incidents se déroulaient, aucun des éléments des forces de l’ordre n’était présent sur le lieu alors que le meeting était autorisé par le gouverneur de la ville de Kinshasa avec des instructions formelles à la Police et au bourgmestre de la commune de N’Djili.

Tout allait bien depuis le début de la manif jusqu’au 8ème intervenant lorsqu’ une débande partie du podium a poussé les leaders de la Dynamique de l’Opposition à s’éclipser un à un, sans rien expliquer aux militants. Même Gabriel Mokia, qui parlait, a fini par détaler après avoir demandé aux militants de ne pas fuir.
En fait, la débandade était le fait d’un groupe de personnes non identifiées, venues du côté du tribunal de paix de N’Djili, et les accrochages entre ce groupe et les partisans de l’Opposition auraient fait deux morts.

BUDGET 2016 : MINAKU PLAIDE POUR LE SOCIAL

FORUM DES AS

Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a procédé hier mardi15 septembre au Palais du peuple, à l’ouverture de la session ordinaire de septembre de la chambre basse du Parlement, session essentiellement budgétaire. Mais c’est quoi l’économie sans son versant social, sans le bien-être de la population.

Abordant la situation politique, c’est un Minaku très aligné sur la vision du chef de l’Etat qui en a appelé au Dialogue. Le mot dialogue est revenu plus d’une fois dans son discours. Il a souligné également l’impérieuse nécessité de poursuivre les réformes législatives.

PLAIDOYER POUR LES FONCTIONNAIRES

Sur le plan social, c’est un Minaku qui s’est hissé au niveau du point de vue du chef de l’Etat, plaidant pour les fonctionnaires, les enseignants, les personnels soignants. » Outre les efforts de consolidation de la paix et de stabilisation du cadre macroéconomique, la poursuite de la construction des infrastructures socioéconomiques de base nécessaires à l’installation de nouvelles provinces et le parachèvement du processus électoral. Selon lui, les populations attendent de la Loi de finance de l’exercice 2016 le partage juste et équitable du fruit de la croissance « fait-il remarquer.

Selon Minaku, » cette loi devra accorder une attention particulière à l’amélioration des conditions de vie des concitoyens, notamment par la lutte contre la pauvreté, la faim et par l’amélioration sensible du système de santé, de l’éducation et de l’accès à l’eau potable et à l’électricité. »

RTNC

  • A la chambre haute du parlement, Léon Kengo wa Dondo, à l’ouverture de la session de septembre, a relevé les contraintes dans le financement des élections et la matérialisation de la décentralisation. Pour le speaker du Sénat, on doit se concentrer plus sur les législatives et la présidentielle et regrouper les scrutins par degré.
  • Réunion mixte avec les investisseurs sud africains sur les opportunités qu’offre la RDC dans plusieurs domaines. La partie congolaise a été représentée par le ministre de l’économie, celui de l’industrie et autres opérateurs économiques congolais.
  • Le Ministre de la culture Banza Mukalay revient d’une tournée au Gabon, en Guinée Equatoriale et au Congo Brazzaville. Il était l’émissaire du Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange auprès des ses homologues de ces trois pays pour le renforcement des rapports de coopération.
UN RAPPORT DU MINISTERE DU BUDGET COÏNCIDE AVEC LE DISCOURS CHOC DE MINAKU : COMMENT MATATA DETOURNE L’ARGENT

CONGO NOUVEAU

Quand le speaker de l’Assemblée nationale évoque une évaluation du gouvernement, l’annexe explicative des dépenses par institution et ministère l’atteste: la Primature a fait des dépassements de plus de 200% à fin juin 2014. Elle a dépensé plus que nul autre. Pendant la même période, d’autres institutions et ministères stratégiques ont reçu des miettes sur leurs propres crédits: moins de 30% pour la Défense nationale, environ 15% pour l’Intérieur et Sécurité, moins de 15% pour le Plan, moins de 10% pour l’Industrie.

Des députés nationaux épinglent le Premier ministre pour avoir consommé plus d’argent que prévu pour la Primature à fin juin 2014. Alors que le budget voté par elle pour l’exercice 2014 s’arrêtait à CDF 27,8 milliards, la Primature a bousillé CDF 29,3 milliards à fin juin 2014. Un dépassement de plus de 200% avant même la fin de l’exercice. «C’est un détournement. Rien d’autre», concluent les députés dont les affirmations sont vérifiables et consultables dans le document n°5 du rapport du ministère du Budget sur l’exécution de la Loi de finances 2014, notamment l’annexe explicative des dépenses par institution et ministère.

Les députés tiennent cette nouvelle faute du Premier ministre pour un casus belli.
Alors que pareil dépassement n’a jamais reçu l’aval de l’autorité budgétaire -l’Assemblée nationale-, les élus se demandent à quoi ont servi les CDF 1,5 milliard de surplus, dans quelle rubrique ou le budget de quelle institution la Primature les a défalqués et d’où sont venus les fonds ayant servi au fonctionnement du Cabinet du Premier ministre pendant le second semestre 2014, d’autant plus que la Primature avait épuisé sa part de budget bien avant la fin de l’exercice. Sous le sceau de l’anonymat, un député PPRD estime que cette dénonciation contribuera certainement à éveiller les consciences des gestionnaires et l’opinion, désorientées par certaines formules financières, saura comment la gestion du pays par le Premier ministre laisse à désirer à certains égards. L’élu s’est même amusé à comparer l’exécution des crédits budgétaires en faveur d’autres institutions et ministères. Il est arrivé à la conclusion selon laquelle la Primature a dépensé plus que nul autre.

MOKONDA BONZA : « NOUS NE VOYONS NI L’OPPORTUNITE NI LA PERTINENCE D’UN DIALOGUE NATIONAL EN 2015 »

LE POTENTIEL

Mardi 15 août. A Kinshasa s’ouvre, au Palais du peuple, la session ordinaire de septembre du Parlement. Une session budgétaire certes, mais qui a lieu pendant que règne encore une grande agitation dans l’opinion à la suite particulièrement de l’arrêt rendu mardi dernier par la Cour constitutionnelle sur la requête de la CENI. Entretemps, le dialogue national n’en finit pas de se faire inviter au débat.

Ces deux principaux sujets ont fait l’objet d’un entretien accordé par le Sénateur Florentin Mokonda Bonza. Dans son analyse de la situation, le sénateur Florentin Mokonda Bonza ne s’en fait pas conter. Au sujet d’abord de l’arrêt. Et de décliner : « D’après la Constitution, en son article 160 alinéa 1er, la Cour constitutionnelle est chargée du contrôle de la constitutionnalité des lois et des actes ayant force de loi. Il a, affirme-t-il, l’impression que la CENI avait besoin d’intéresser la Cour constitutionnelle pour modifier le calendrier. Elle l’a fait plusieurs fois, même dans un passé récent ».

Là où elle n’était pas attendue

En plus, il exprime un doute quant à savoir si la question du calendrier des élections peut figurer dans les cas de recours en interprétation de la Constitution prévus dans l’article 161 de la Loi fondamentale. « A son avis, souligne le parlementaire, la Cour constitutionnelle est intervenue là où elle n’était pas attendue ». Ce faisant, elle a prêté ainsi le flanc aux critiques en ajoutant inutilement de l’eau au moulin d’une fraction de l’opinion nationale et internationale qui prédisait sa partialité.

LETTRE DU G7 A JOSEPH KABILA : « DU DEJA ENTENDU », SELON SHE OKITUNDU

RADIO OKAPI

Le Sénateur de la Majorité présidentielle qualifie la lettre du groupe de sept partis politiques de cette plateforme politique « du déjà entendu ». Dans une interview accordée mardi 15 septembre à Radio Okapi, il rappelle qu’il ne s’agit pas de la première lettre de ce groupe que l’on surnomme G7.

Sept partis de la MP ont adressé lundi une lettre au président Joseph Kabila pour lui demander de garantir le respect absolu de la constitution et favoriser l’alternance politique pacifique.
Pour She Okitundu, cette lettre, la troisième du genre, « reprend les mêmes préoccupations que les précédentes. Et ces préoccupations font partie des objectifs à discuter au dialogue ».

Quant au sort réservé au G7, She Okutundu indique que la MP devra se référer à son règlement intérieur.

Dans cette lettre articulée en 23 points, le G7 scripte la situation politique du pays et ses enjeux. Il constate par exemple que l’installation précipitée de nouvelles provinces a conduit à l’affaiblissement de l’Etat et à l’anarchie dans l’administration du territoire national.

Ces partis politiques font aussi remarquer que la dernière session extraordinaire du parlement et l’arrêt de la Cour constitutionnelle ont conduit la majorité de Congolais à la conviction qu’i y a des intentions inavouées de ne pas respecter la constitution, de décrédibiliser et de désacraliser les institutions sur lesquelles repose tout régime démocratique.

Le G7 exige le respect absolu de la constitution et estime que les fondamentaux du développement d’une nation ne viennent pas d’un homme seul, fut-il providentiel, mais bien de l’action de tous les citoyens partageant les mêmes valeurs et regardant dans la même direction.

Ce groupe conseille la MP de s’atteler à préparer dans la sérénité les prochaines élections dans la perspective de l’alternance politique. Il juge « suicidaire » la stratégie actuelle cherchant le glissement du mandat présidentiel.

Ce document a été signé par :

Yves Mobando Yogo (Mouvement social pour le renouveau)
Olivier Kamitatu (Alliance pour le renouveau du Congo)

José Endundo (Parti démocrate-chrétien)

Banza Maloba (Avenir du Congo)

Gabriel Kyungu wa Kumwanza (Union nationale des fédéralistes du Congo)

Charles Mwando Nsimba (Union nationale des démocrates fédéralistes)

Christophe Lutundula (Alliance des démocrates pour le progrès).​​

PRESSE MIN TOURISME, Avec Nicole Mafuta.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents