Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Après le feu vert de la cour constitutionnelle, que dira Sassou N'Guesso pour le référendum...

Publié par Arsène SEVERIN sur 22 Septembre 2015, 18:09pm

Catégories : #Référendum constitutionnel, #Sassou N'Guesso, #Cour constitutionnelle Brazzaville, #Congo-Brazzaville, #Politique

@Denis Sassou N'Guesso
@Denis Sassou N'Guesso

L'arrêt est encore un secret à Brazzaville! Il circule sous quelques gros manteaux noirs, en attendant qu'on le révèle à la télé et à la radio nationales...enfin quelque chose de ce genre. C'est un courrier que la Cour constitutionnelle aurait adressée depuis le 17 septembre au président Denis Sassou N'Guesso qui lui avait demandé de voir la possibilité, à partir de l'article 110 de notre fameuse constitution, si on pouvait changer le TRUC. "Oui", a répondu la cour. On attend alors que le président de la république lui-même fasse l'annonce et la conséquence qui s'en suit.

La voie du référendum est désormais balisée. Elle est au mieux précisée, car adossée sur un arrêt de la cour constitutionnelle. Le président de la république peut alors convoquer son référendum sans problème. Laisser ainsi le peuple décider, car les politiciens et les sages n'ont pas trouver le consensus.

A Brazzaville et à Pointe-Noire où on est très scotchés et branchés, les Congolais attendent une annonce solennelle, celle qui viendrait du président de la république. Ainsi une folle rumeur court la capitale, et télé Congo devrait constater un pic dans son audience à partir de 20H. Mais si jamais le chef de l'Etat annonçait le référendum à cette occasion?

Cette annonce aura l'avantage de donner la primeur à la population, plutôt que de lasser la rumeur prendre le large comme au bon vieux temps des sages qui racontaient n'importe quoi. Il s'agit désormais de trancher avec les discours discordants, ou c'est le référendum ou c'est rien du tout. C'est aussi la logique de la dernière annonce faite après les consultations présidentielles. Le dialogue, la conséquence des consultations, ayant eu lieu, une autre annonce devrait suivre.

L'arrêt rendu le 17 septembre par la cour constitutionnelle est un avatar dont se servira le président Sassou N'Guesso pour lancer un projet dont la mise en oeuvre a fait couler beaucoup d'encre et de salive dans le pays, dans les états-majors politiques surtout. Cet arrêt signé du président Auguste Iloki précise que le référendum sera organisé pour "l'évolution des institutions". L'opposition s'y oppose, la majorité estime qu'on peut y aller. Le peuple, souverain primaire, lui tranchera.

Le moment est choisi pour le débat politique. Les jeux panafricains sont désormais derrière nous. Et le président, se servant de ses prérogatives a pris une bonne longueur d'avance, même sur son propre parti, le PCT qui traine souvent le pied. A cours d'initiatives parfois.

Ce mardi soir, le président devrait se recentrer dans son rôle de distributeur des partitions, accordant au peuple le sien, celui de reprendre son pouvoir. Mais, le président devrait forcement s'entourer des garanties, de précautions de modestie, pour éviter de faire triompher l'idée de vainqueur gagnant. Celle d'un passage en force, quotidiennement pressenti et dénoncé par les gars de l'opposition.

La question est délicate qu'il faut la traiter avec plus de douceur et de doigté comme à la gynécologie! La démarche engagée tient bien compte de ce souci. Aller doucement, mais surement. Le juge constitutionnel a son mot à dire, tout comme le parlement. Le peuple a sa place aussi, chacun pose ses fesses à son tour, comme chez le coiffeur.

Dimanche, les gars de l'opposition, le FROCAD et l'IDC tiendront un meeting pour dire non au changement. Dans une interview exclusive http://severinnews.over-blog.org/2015/09/m-pouele-toutes-les-forces-vives-attendues-le-27-septembre-au-boulevard-de-brazzaville.html, Paul Marie M'Pouele, le coordonnateur du FROCAD, appelle massivement les forces vives de la nations.

Au plan national, la CONEL a lancé le 22 septembre l'opération de révision des listes électorales. Là aussi ça donne matière à débat. Finalement, la fameuse trêve due aux jeux panafricains est levée et le combat s'engage. Cette fois-ci, avec de nouvelles approches, le référendum.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents