Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


La police congolaise en guerre contre Amnesty International sur Mbata ya Bakolo

Publié par Arsène SEVERIN sur 4 Juillet 2015, 16:17pm

Catégories : #Amnesty international, #Droits Humains, #Mbata ya bakolo, #Jules Monkala Tsoumou, #Congo-Brazzaville, #RDC

©Colonel Jules Monkala Tsoumou
©Colonel Jules Monkala Tsoumou

La police congolaise s'est montrée samedi à Brazzaville furieuse contre l'ONG Amnesty International qui a publié un rapport disant que le Congo avait traité "comme des chiens" les ressortissants de RD Congo lors de l'opération Mbata ya Bakolo. "Mais ce n'est qu'un tissu de mensonges, un ramassis de ragots, de contre-vérités, de calomnies et d'accusations gratuites", a dénoncé le colonel Jules Monkala Tsoumou, porte-parole de la police.

Le rapport a été diffusé vendredi matin sur les médias internationaux comme la Voix de l'Amérique ou Radio France internationale. Sur les deux rives du fleuve, à Brazzaville et à Kinshasa, les populations se sont donc réveillées avec l'histoire. Et cela a fait la gueule de bois au niveau de la police. Une conférence de presse manu militari a donc été organisée. A la trainée, tous les gars de la société civile : Loamba Moke, Germain Céphase Ewangui, Thomas Djolani... pour soutenir la force publique, torpillée par une ONG internationale "à la solde des puissances étrangères".

Dans ce rapport, l'ONG accuse les autorités congolaises d'avoir embastillé et massacré 9 ressortissants de la RDC pendant leur expulsion vers Kinshasa. "Il n'y a jamais eu de mort. Aucun cas de décès pendant le déroulement de l'opération et nous mettons quiconque au défi pour nous apporter la preuve contraire", a assuré le colonel Monkala Tsoumou.

"Lors de l'opération Mbata ya Bakolo à Pointe-Noire, les ressortissants de la RDC ont été transportés dans ce que nous avons de mieux comme train dans ce pays, la Gazelle, climatisé. Leur traversée par canot rapide vers Kinshasa a été assurée avec une grande sécurité", a informé le porte-parole de la police, qui a ensuite qualifié de "tissu de mensonges" le rapport de Amnesty International.

C'est le bureau Afrique de l'Ouest et du Centre de cette organisation dirigé par Alioume Ntim qui a rédigé le fameux rapport. Et pour ne pas se faire assourdissant, il est passé sur les médias internationaux pour se faire entendre, Brazzaville et Kinshasa étant une paire de fesses dans un même caleçon. Qui n'écoutera pas?

Se situant à la lisière de la police et de la politique, le Général Albert Ngoto, directeur général adjoint de la police, a estimé que de tels rapports ne sont publiés que pour chercher ou faire chercher la petite bête. "Et comme le chef de l'Etat se rend lundi en France, ça commence", a-t-il lancé aux journalistes, sans autres commentaires.

Pour de nombreux membres du haut commandement de la police congolaise, il n'y a pas de doute, Amnesty international a dû toucher des billets de banque pour pondre un rapport. "Je suis déçu par le comportement de nos amis de Amnesty. L'intention était certainement bonne, mais la démarche n'a pas été celle-là. Ils ont oublié une partie importante de sources qui sont les autorités", a déploré Germain Cephas Ewangui, président de la Fédération congolaise des droits de l'Homme (FECODHO), promettant lui aussi de monter sur scène dès la semaine prochaine pour apporter la vérité.

La police congolaise s'est montrée très déterminée, affirmant que l'opération va se poursuivre et qu'elle n'avait rien à cacher. Selon Jules Monkala Tsoumou, les ambassadeurs de la RDC, du Tchad, du Mali, de l'UE et le représentant du HCR ont salué cette opération, et donc il n'y a pas de quoi baisser les bras. "Mbata ya Bakolo est une opération de souveraineté et elle concerne la sécurité des Congolais. Nous ne la laisserons pas. Elle va se poursuivre sur l'ensemble du pays surtout à l'orée des Jeux africains" que le pays va organiser en début septembre.

©Général Albert Ngoto et Colonel Monkala Tsoumou

©Général Albert Ngoto et Colonel Monkala Tsoumou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents