Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Ange Edouard Poungui suspendu de l'UPADS pour avoir rencontré Sassou N'Guesso

Publié par Arsène SEVERIN sur 3 Juin 2015, 11:26am

Catégories : #Politique, #UPADS, #Ange Edouard Poungui, #Consultations politiques congo

© Ange Edouard Poungui
© Ange Edouard Poungui

Le membre du bureau politique et du comité d'honneur de l'Union panafricaine pour le démocratie sociale (UPADS), Ange Edouard Poungui a été suspendu mardi 2 juin du parti pour avoir répondu 24h avant à l'appel du président Denis Sassou N'Guesso aux consultations politiques. Cette décision prise "à titre conservatoire" devrait être ou non entérinée par le Conseil national de l'UPADS.

"Ce n'est pas en se jetant les pierres qu'on va construire le pays. Il faut dialoguer", a déclaré Ange Edouard Poungui pour justifier sa participation à ces consultations au palais du peuple.

Lors d'une réunion tenue le 22 mai dernier à Brazzaville, et à laquelle participait l'ancien Premier ministre (1984-1990) Ange Edouard Poungui, l'UPADS avait menacé "de sanctionner" tous les cadres du parti qui participeraient à ces consultations, "même à titre individuel". Pour Pascal Tsaty Mabiala, le Premier secrétaire de l'UPADS, "c'est même une défiance à l'égard du parti", qualifiant l'attitude de Ange Edouard Poungui, très commentée par ailleurs dans les quartiers populaires de Brazzaville.

L'UPADS affirme que le sénateur de Madingou a violé les articles 90 et 93 des Statuts et les 184 et 185 de son règlement intérieur. La décision prise "à titre conservatoire" a été signée par le secrétaire national chargé des fédérations, Emmanuel Boungouanza, en lieu et place de Tsaty Mabiala, "en mission". Mais l'élu de la Bouenza a estimé qu'une solution sera trouvée au sein même du parti. Il ne regrette pas son attitude. "C'était quand même l'appel du président de la république en qui je reconnais les valeurs de paix", a-t-il expliqué.

Le début des années 2000 avait fait voler en éclat l'unité de l'UPADS suite aux comportements divers des dirigeants de ce parti. Nombreux comme Christophe Moukoueke (ancien secrétaire général élu dès la création du parti), Jean Itadi ou Jean Mouyabi ont quitté le navire. Grâce au congrès de décembre 2006 initié par des jeunes cadres comme Pascal Tsaty-Mabiala, l'UPADS a recouvré sa santé, voulant même présenter en 2009 Ange Edouard Poungui comme candidat à la présidentielle contre le président Sassou N'Guesso. Son dossier de candidature avait purement et simplement été défenestré par la Cour constitutionnelle.

Bien avant, d'autres responsables de l'UPADS se sont distingués par la violation des consignes. Martin Mberi intégrant le gouvernement d'après-guerre contre la volonté de Pascal Lissouba, et plus tard Claudine Munari avant son départ de l'UPADS où elle a été membre-fondateur. En plus, le député de Sibiti Joseph Kignoumbi Kia Mboungou s'est déjà présenté deux fois à l'élection présidentielle sans l'accord de son parti.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents