Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Tout est désormais sur Internet : Danse et Commerce!

Publié par Arsène SEVERIN sur 7 Mai 2015, 14:32pm

Catégories : #Culture

© Danseur à la folie
© Danseur à la folie

Pour commémorer cette 33e édition, plusieurs artistes et fans du spectacle danse ont partagé leur expérience avec des fans au travers d’une plateforme qui les as tous unis : Youtube.com.

Commémorée de diverses manières dans le monde, la journée mondiale de la danse a connu une tournure assez originale pour des urbains camerounais le 29 avril 2015. Dans plusieurs zones de la ville, même s’il n’était pas question de susciter une émulation entre groupe ou de générer le plus gros monde qui soit, l’objectif était atteint pour les Dancing Guys de Makepe à Douala (Cameroun). « On ne cherchait pas à se faire de l’argent mais de montrer aux autres (groupes rivaux évoluant dans la même zone, ndlr) que nous sommes les meilleurs e avec cette démonstration de street dance, on a eu les devants », s’exprime avec enthousiasme Nkelemba Joseph, 19 ans et déjà spécialiste de figures sprown.

Avec internet, les Dancing Guys de Makepe ont révolutionné leur propre manière de promouvoir leur spectacle de danse en disposant sacrément bien des ressources d’internet. Ils préparent à l’avance un teasing bien monté afin d’annoncer leur show sur Youtube.com et sur leurs pages Facebook respectifs. Après une semaine de tapage médiatique (sur internet uniquement), les DGM désignent eux-mêmes leurs propres homme-cameras qui filmeront en dansant eux-aussi ; ce qui donne une dimension elliptique et ultra-dynamique de leur art. « On a pensé inventer ce concept après avoir vu le vidéo ‘Made of Black’ de Guinness et on compte en faire bien mieux », déclare Joseph. Leurs intensions sont donc déclarées.

Cependant bien au-delà de cet aspect simple de la chose, ils ont créé un concept de t-shirt qu’ils commercialisent exclusivement dans les boutiques Bouba Ndairou et sur kaymu.cm, une e-marketplace camerounaise. « Nous avons misé web parce que c’est le présent et l’avenir. En vendant sur internet, on compte toucher plus de monde en peu de temps et vu que les artistes vont tous sur Kaymu, on fait pareil » déclare Joseph. Leur équipe de 25 membres qui compte 7 participants féminins et 18 masculins a vu le jour le 28 avril 2013. Après des passages forts remarqués dans quelques villes du pays, ils ont choisi de faire profil haut et de se vendre à l’international.

Avec Gaspard Ngono du Cameroun

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents