Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


L'UPADS a choisi de dire "NON" aux consultations du président

Publié par Arsène SEVERIN sur 22 Mai 2015, 17:02pm

Catégories : #Politique

© Honoré Sayi, porte-parole UPADS
© Honoré Sayi, porte-parole UPADS

Appelée à participer aux consultations citoyennes qu’organise depuis mercredi 20 mai à Brazzaville le président Denis Sassa N’Guesso, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) a « choisi de dire non à l’appel du président de la république », qui a décidé de discuter avec la classe politique, la société civile, ainsi que les confessions religieuses. Pour le premier secrétaire de l’UPADS, Pascal Tsaty Mabiala, c’était « la décision la seule valable pour la respectabilité du parti ».

C’est au cours d’une réunion du Secrétariat national de l’UPADS élargi à certains membres du bureau politique de l’UPADS présents à Brazzaville tenue le 22 mai que l’UPADS s’est prononcée sur l’appel du président de la république lancé depuis le 18 mai. Le parti de l’ancien président Pascal Lissouba a estimé que « cette initiative avait un caractère grave ». Les membres de l’UPADS ont dénoncé « la mauvaise foi du pouvoir actuel » qui n’a jamais produit dans les faits les conclusions dans autres concertations organisées dans le pays.

« Non à l’appel du président de la république parce qu’il ne répond pas aux préoccupations du peuple congolais. La préoccupation majeure aujourd’hui c’est l’organisation des élections en 2016 », a dit le député Honoré Sayi, porte-parole de l’UPADS, lisant la déclaration au nom du parti.

L’UPADS a expliqué son refus par « conviction de ce que cette initiative ne répond pas aux préoccupations actuelles des Congolais ».

L’UPADS a même menacé ses membres de « sanctions sévères », s’ils se rendaient à ces consultations « même à titre individuel ». Les sénateurs Ange Edouard Poungui, ancien candidat éliminé à la présidentielle de 2009, Emmanuel Boungouandza et Kaya Magane étaient présents dans la salle. De même les députés Foutou Pascal Leyinda et Simon Foutou. Tous ont applaudi à cœur joie, après avoir suivi avec attention la lecture de cette déclaration.

Le 18 mai déjà dans la soirée, le Front des partis qui luttent contre le changement de l’ordre constitutionnel (FROCAD), plate-forme que dirige Paul-Marie M’Pouele et à laquelle appartient l’UPADS, avait dénoncé ces consultations, les qualifiant de « mascarade ».

Et pourtant le président Sassou N’Guesso a ouvert ses portes le 20 mai pour consulter les membres de la majorité dont Guy Brice Parfait Kolelas, secrétaire général du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI) qui a dit à l’issue de ces entretiens avoir dit clairement au chef de l’Etat de ne pas changer la constitution.

D’autres responsables politiques comme Luc Daniel Adamo Mateta, Auguste Célestin Nkoua Gonngara, Nick Fylla de Saint Eudes, Bonaventure Boundzika ont aussi été reçus lors de ces consultations. Ils ont salué cette initiative. Ces consultations vont durer une semaine jusqu’au 27 mai. Divisée, la société sera reçue dans les prochains jours.

Pascal Tsaty Mabiala

Pascal Tsaty Mabiala

A. Edouard Poungui, membre du bureau politique (Gauche)

A. Edouard Poungui, membre du bureau politique (Gauche)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents