Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


2 milliards votés pour le financement de la presse au Gabon

Publié par Arsène SEVERIN sur 27 Mai 2015, 16:45pm

Catégories : #International, #Gabon, #Presse, #Journaliste, #Aide à la presse, #Afrique centrale

Les titres paraissant au Gabon
Les titres paraissant au Gabon

Alors que dans plusieurs pays de la sous-région les journalistes de la presse privée triment, les députés gabonais ont voté à Libreville la proposition de loi portant création du Fonds national pour le développement de la presse. Fort d’une enveloppe de 2 milliards de francs CFA, il sera géré par un comité d’orientation de 16 membres, présidé par le ministère de la Communication. Cette de l'aide à la presse est passée d'une simple subvention de 500 millions par an, à 2 milliards aujourd'hui. Quoi de plus normal!?

Appelé de tous leurs vœux par les responsables de médias privés, entre autres, un mécanisme d’aide à la presse est finalement en voie de mise en place avec l’adoption, le 21 mai dernier par l’Assemblée nationale, de la loi relative au Fonds national pour le développement de la presse. Découlant de la proposition de loi portant création, organisation et fonctionnement d’une aide financière publique de soutien aux médias privés nationaux des secteurs de la presse écrite, de l’audiovisuel, de la presse en ligne et des agences de presse, cette décision enterre définitivement la subvention d’aide à la presse écrite privée mise en place en 2003.

Forte d’un montant de 500 millions de francs du temps de la «subvention d’aide à la presse», l’enveloppe est ainsi multipliée par quatre. Elle passe à 2 milliards de francs. Mieux : l’aide ne se limite plus seulement aux journaux et à la presse en ligne. Elle s’étend désormais aux médias audiovisuels et agences d’information.

Le Fonds national pour le développement de la presse sera alimenté par une subvention publique, une ristourne sur les produits de pénalités et amendes perçues par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), une ristourne sur les amendes et pénalités fiscales perçues par l’Etat, enfin 3% du produit des communiqués, publicités, publi-reportages et annonces. Au titre du critère de répartition, la régularité de parution a été mise en avant. «En d’autres termes, plus un média sera régulier, plus il bénéficiera d’une aide conséquente», souligne-t-on.

Finis donc les passe-droits, du moins on l’espère, de certains médias dont la régularité n’était effective qu’à l’approche du versement de la subvention. Le Fonds national pour le développement de la presse sera géré par un comité d’orientation de 16 membres, présidé par le ministère de la Communication et composé de représentants de plusieurs institutions et organisations dont le Conseil national de la démocratie (CND).

En sommeil depuis décembre 2005, la loi révisée le 21 mai dernier par l’Assemblée nationale est destinée à soutenir la promotion et la valorisation des métiers de l’édition, de l’impression et de la distribution des organes de presse écrite. Au Gabon, les médias supportent encore d’importantes charges pour la production, l’exploitation et la distributio

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents