Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Paul-Marie M'Pouélé sur le meeting de l'opposition à Pointe-Noire

Publié par Arsène SEVERIN sur 25 Avril 2015, 15:39pm

Catégories : #Politique

Paul-Marie M'Pouélé
Paul-Marie M'Pouélé

Un Front de l'opposition congolaise qui lutte contre le changement de la constitution et milite pour l'alternance démocratique en 2016 (FROCARD) organise le 3 mai à Pointe-Noire, la deuxième ville congolaise, un meeting pour sensibiliser la population sur les motivations de son combat. Son coordonnateur Paul-Marie M'Pouelé a déclaré à SEVERINNEWS que cette manifestation est organisée pour expliquer leur "exigence d’une bonne gouvernance électorale en 2016", date de la prochaine élection présidentielle. Le meeting aura lieu, selon les organisateurs, dans la commune de Ntitié.

"Nous sommes à quelques encablures de l’élection présidentielle et nous constatons que le président de la république nous distrait sur son avenir personnel en appuyant un faux débat sur la constitution. Nous allons à ce meeting informer les Congolais de l’inexistence de ce débat et de focaliser notre combat sur la gouvernance électorale. Il faut une commission électorale indépendante et un recensement avant 2016 ; de même qu’il nous faut un bulletin unique et de la biométrie. Le PCT nous distrait pour éviter ce vrai problème qui doit rendre la crédibilité à nos élections", a souligné à SEVERINNEWS Paul-Marie M'Pouélé, d'un ton déterminé.

Depuis qu'il a réussi en janvier dernier à réunir la majorité des forces de l'opposition, Paul-Marie M'Pouélé s'est aussi vu confier le rôle de coordonnateur de cette plate-forme qui vise de parler d'une voix en face des forces de la Majorité présidentielle qui prônent elles le changement de la constitution du 20 janvier 2002. Dans cette plate-forme, on retrouve des leaders de l'opposition comme Pascal Tsaty Mabiala siégeant dans cette organisation au nom de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), la principale formation de l'opposition congolaise. Il y a aussi des radicaux comme Mathias Dzon, Clément Mierassa, Jean Itadi, Christophe Moukoueke ou Guy Romain Kinfounsia qui n'attendent que le départ du président Denis Sassou N'Guesso du trône à la suite de la fin de son mandat. D'autres anciens membres de la Majorité comme le Rassemblement pour la démocratie et le développement (RDD) de Jacques Joachim Yhombi Opango les ont rejoints depuis un moment.

Pour Paul-Marie M'Pouélé, le choix de la ville de Pointe-Noire se justifie par le fait que l'action politique nationale est simplement concentrée à Brazzaville. Il faut donc inverser la tendance. "Depuis le retour au pouvoir de l’actuel président de la République, les activités politiques de l’opposition sont le plus souvent concentrées à Brazzaville, or l’intérieur du pays a besoin d’informations aussi. C’est pourquoi nous commençons par notre 2ème ville, avant d’aller ailleurs", a-t-il expliqué.

Le jeune opposant qui dirige également une plate-forme dénommée "Sauvons le Congo", a indiqué que leur action veut également barrer la voie aux ambitions de la Majorité à vouloir faire adopter une nouvelle constitution par un référendum. "Le président de la République qui est en même temps président du PCT a déjà indiqué qu’il va faire un passage en force. Vous l’avez suivi sur les antennes de BBC (Ndlr : http://severinnews.over-blog.org/2015/04/denis-sassou-n-guesso-sur-la-bbc-annonce-le-referendum-tot-ou-tard.html) parler du référendum. Il n’a plus besoin de dialogue, il emprunte plutôt la voie de l’illégalité. Il veut aller à un référendum alors qu’il n’en a pas le droit. L’article 86 de la Constitution définit clairement les matières du référendum mais rien à avoir avec l’abrogation de la Constitution elle-même. Un tel entêtement à vouloir conduire le Congo dans le chaos est inqualifiable. Cet homme dont on dit être grand maître de la grande loge du Congo connait bien la valeur du serment et sait aussi ce que c’est le parjure. Que se passe-t-il vraiment à son niveau, je me pose des questions", s'est étonné Paul-Marie M'Pouélé.

Alors que certains militants de l'opposition s'inquiètent de l'arrivée "progressive" et "suspecte" des membres de la Majorité et ne souhaitent pas que l'opposition leur réserve des fauteuils dorés du premier coup, Paul-Marie M'Pouélé, temporise ses partisans : "Si nos frères qui sont des congolais choisissent d’être du côté de la République, leur place est chez nous. Ils sont les bienvenus. Au-delà de tout calcul politicien, nous sommes en réalité à la croisée des chemins entre le respect des lois et règlements de la République et l’imposture. Nous voulons projeter à l’extérieur et surtout laisser à nos enfants une République et non un royaume où régnerait une seule famille. Il faut en prendre conscience et se souvenir de tous nos grands-parents qui sont morts pour que le Congo devienne un pays, une République. Nous aurions pu rester une colonie française avec tout ce que cela comportait de privations de libertés, de violations des droits de l’homme, etc. mais nos pères se sont battus pour que nous accédions à la souveraineté internationale".

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents